AccueilPortail*FAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Journée Anticarcerale 10/10 Poitiers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
manou
toto 1ere classe
avatar

Nombre de messages : 1344
Localisation : au patxoki!!!
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Journée Anticarcerale 10/10 Poitiers   Dim 18 Oct - 23:32

Je vous laisse une serie "d'analyse" du PCMLM sur Poitiers. C'est génial.
Citation :


Poitiers ce samedi lors d’une initiative anti-carcérale marquée par une manifestation, des gens ont réussi à mener toute une série d’actes de saccage dans le tranquille centre-ville de Poitiers.

Cela bien entendu non seulement au grand désespoir des « festifs » (ici, ) qui organisaient un festival, mais également de toute une partie des libertaires (ici, ou encore
avec comme l’OCL qui fustige « un avant-gardisme rappelant de sinistres
heures du gauchisme militaro que l’on croyait renvoyé aux poubelles de
l’Histoire » dans un article au titre grand guignolesque: « Il n’y a
pas eu plus d’émeute à Poitiers le 10 octobre que de socialisme en
France en mai 1981″).

En même temps, il faut savoir quelles
sont les priorités: faire la fête (les festifs), organiser
manifestation et réunion (une partie des libertaires), ou bien arriver
à mettre une claque à l’ordre dominant quand on peut.

Ceux qui se plaignent que soient
amochées des vitrines de magasins, des façades de banques et
d’assurances, sont on ne peut plus éloigné des exigences que pose le
principe même de révolution. Et évidemment que pour les bourgeois et
les petit-bourgeois « l’ambiance était apocalyptique », comme on
pouvait le lire dans un compte-rendu de la presse bourgeoise. Il ne
faut pas s’attendre à autre chose! Être révolutionnaire c’est affronter
cette idéologie!

Après, on peut évidemment regretter qu’ait été tagué le plus vieux bâtiment chrétien de France, le baptistère saint-jean,
tout comme certains slogans sur les murs relevant d’une culture
nihiliste (« On vomit ce monde de merde », « La raison tue », « Mort à
ce monde »), romantique (« La plus belle jeunesse meurt en prison ») ou
encore anti-animaux (« Kill the pig », « Faisons du cassoulet
policier »).


Tout cela manque clairement de
positivité, de proposition stratégique, tout cela est trop romantique
et à notre époque cette tendance ne mène pas à quelque chose de bon
(c’est-à-dire soit vers le nihilisme autodestructeur, soit la
misanthropie morbide amenant au fascisme). Mais cela c’est résumer nos
positions par rapport à celles de l’ultra-gauche, ce qui n’a rien de
nouveau.

Citation :

1.L’anarchisme et la question de la violence


L’action coup de poing menée à Poitiers
a été un électrochoc. Un symbole de cela est l’attitude de Jean Pierre
Raffarin, né à Poitiers et sénateur de la Vienne, qui en vrai
représentant de la bourgeoisie traditionnelle est offusqué de l’insulte
qu’on fait à son régime: « L’extrémisme et la violence ont frappé
brutalement au coeur de la capitale régionale (…). La stratégie du
renseignement reste la meilleure façon de lutter contre ces bouffées
insurrectionnelles. Je rencontrerai dès demain le ministre de
l’Intérieur pour tirer, avec lui, les conclusions de ces tristes et
innaceptables [sic] événements. »

Mais l’action a
suscité un grand nombre de réactions au sein du mouvement anarchiste,
et cela pour une raison très simple: le mouvement anarchiste n’a pas de
conception précise de la violence révolutionnaire, et surtout n’est pas
prêt à l’assumer.

L’anarchisme est
une conception de la révolte individuelle, qui ne se conçoit pas comme
une stratégie avec des méthodes précises. Les rares phases
d’utilisation de la violence révolutionnaire sont marquées par une
application purement individuelle (ou de quelques individus), une
absence de définitions claires ainsi que de continuité.

En France, ces
phases ont consisté en la période des « propagandistes par le fait » de
la fin du 19ème siècle, et le milieu des années 1970 où certains
groupes ont organisé des attentats et sabotages.

Cette dernière
expérience a persisté jusqu’au début des années 1980 en empruntant
énormément à l’idéologie d’ultra-gauche, (notamment avec les Hooligans internationalistes et Os Cangaceiros), un phénomène ayant également relativement existé dans certains autres pays (principalement Action Révolutionnaire en Italie et le MIL dans l’Etat espagnol).

La ligne est celle
de la lutte contre le travail salarié, la marchandise et l’Etat. Il ne
s’agit donc pas au sens strict d’une tradition anarchiste, celle-ci
n’ayant jamais considéré comme centrale la question de la violence, et
ayant justement élaboré, comme stratégie adaptée à ses conceptions,
l’anarcho-syndicalisme.

2.Une particularité française: « les totos »

Dans
l’extrême-gauche française, il existe un mot argotique pour désigner
les partisans de ce courant politique s’opposant « au travail salarié,
à la marchandise et l’Etat »: les « totos. » Le mot est en fait
initialement utilisé pour les « autonomes », mais le mouvement autonome
n’a pas duré longtemps en France.

De la même manière
qu’il y a eu pendant un temps au milieu des années 1970 les « ex-maos »
(qui se définissaient tel quel), il y a eu comme un serpent de mer des
ex totos, des posts totos, etc. bien qu’eux ne se définissaient et ne
se définissent pas ainsi.

Ce courant s’est constamment renforcé ces dix dernières années (le « Comité Invisible
» étant l’une de ses apparitions les plus connues), largement aidé en
cela par les impulsions depuis la Grèce, l’Italie, le Chili, ou encore
l’Etat espagnol.

Les valeurs traversant les « totos » sont, l’accent étant mis sur tel ou tel point, selon:

a)refus des partis et des organisations, refus des idéologies (influence ultra-gauche);

b)rejet complet de la société qui n’est que mort et spectacle (influence situationniste);

c)affirmation de l’individualité et de la libération de ses désirs (influence de l’école de Francfort, du « freudo-marxisme »);

d)affirmation
de la propagande par le fait (influence de l’anarchisme qualifié
désormais d’anarchisme insurrectionaliste dans cette variante).

3.Critique des « totos »

Concentrons les
critiques sur la réalité quotidienne vécue par les « totos ». Ces
derniers sont bien connus pour un défaut fondamental: leur
individualisme. Les « totos » ne cherchent pas à se définir et ne se
considèrent pas comme liés ni dépendants d’un mouvement. Il y a donc
beaucoup d’allers et venues, peu ou pas de continuité, beaucoup de
répétitions de mêmes erreurs et de mêmes discours, etc.

A cela s’ajoute la
question du nihilisme, extrêmement présent, notamment sous la forme de
drogues. Refusant d’admettre les principes de la dialectique, les
« totos » se focalisent seulement sur les aspects négatifs du monde.
Leur style de travail s’en ressent très profondément, jusqu’au malsain
voire le glauque.

Pour autant, si les
aspects négatifs sont censés êtres vus, les « totos » nient globalement
la crise écologique et refusent (par égoïsme) la défense des animaux,
la libération animale. Lorsque ces questions sont assumées (ce qui est
rare et surtout valable au Chili),
alors la ligne bascule dans le courant « anti-civilisationnel »,
prônant simplement de manière nihiliste la destruction de la
civilisation.

Cette fascination
pour le côté négatif joue énormément en France, qui est le pays de
Sorel, dont la théorie de la violence comme en quelque sorte
« l’hygiène du monde » (pour reprendre le mot des futuristes italiens
qui adhéreront au fascisme) parasite clairement la fascination morbide
pour la destruction de la part des « totos. »

Cette fascination
fait finalement que les « totos » portent une culture décadente, très
souvent fascinée par le « crime » et les « criminels » (notamment
Mesrine et son « instinct de mort »), amenant socialement bien souvent
une sorte de rencontre hasardeuse entre des grands bourgeois décadents
et des couches sociales marginalisées (la fameuse culture « squatt » à
la française, qui est de type ghetto voire défonce, et se situe à
l’opposé de la culture historique des centres sociaux en Italie et des
squatts sociaux et culturels en Allemagne).

4.Pour un mouvement autonome!

Il y a eu jusqu’à
présent dans la France d’après 1968 deux tentatives de fonder un
mouvement autonome par rapport aux institutions:

-la tentative des « maos spontex. » Dès 1969 Vive la Révolution, qui publie « Ce que nous voulons: Tout! », parle de l’autonomie ouvrière, et la Gauche Prolétarienne aura la même stratégie.

-la tentative des
autonomes. Ceux-ci ont existé réellement de 1977 à 1979, mais leur
mouvement s’est vite autodétruit justement parce qu’il avait déjà les
mêmes caractéristiques que les « totos » de France aujourd’hui.

A l’opposé le
mouvement autonome a en tant que tel existé en Italie dans les années
1970 et en Allemagne dans les années 1980-1990, de manière organisée,
coordonnée, structurée. Il y avait dans ses rangs de multiples courants
idéologiques et culturels, qui ont su se fédérer dans une sorte de
grand conglomérat, de large mouvement décentralisé, capable d’être
antagoniste, en conflit avec les institutions.

C’est de cela dont
nous avons besoin ! Et aujourd’hui, la crise générale du capitalisme a
mis à mal la social-démocratie. La question est donc de savoir: est-ce
que c’est le fascisme qui en profitera le plus, pour se renforcer et se
structurer, avec l’aide tacite de la social-démocratie (P « C » F, NPA,
PG, PS…)? Ou bien y aura-t-il un mouvement autonome et c’est le camp
révolutionnaire qui se renforcera le plus?

Car il n’y a rien entre les deux. Et ce
qu’on sait déjà, c’est que la défaite à court/moyen terme est assuré si
ce mouvement autonome à naître n’assume pas une identité claire – comme
le refus de la triple oppression (racisme, sexisme, capitalisme), ainsi
que l’ouverture à l’écologie et à la libération animale – et une
compréhension juste de l’importance centrale de l’antifascisme.

_________________
la premiere volerie que je fis dans ma vie, c'est d'avoir goupillé la bourse d'un vous m'entendez, c'est d'avoir goupillé la bourse d'un curé...
Revenir en haut Aller en bas
le git
gaucho baroudeur...
avatar

Nombre de messages : 230
Date d'inscription : 02/11/2008

MessageSujet: Re: Journée Anticarcerale 10/10 Poitiers   Lun 19 Oct - 19:49



PLUS UN SPECTACLE DE DANSE ET D'AUTRES SURPRISES......


Viendez nombreu-ses-x!!!
Revenir en haut Aller en bas
Haymarket
toto 1ere classe


Nombre de messages : 521
Date d'inscription : 23/02/2008

MessageSujet: Re: Journée Anticarcerale 10/10 Poitiers   Mer 21 Oct - 13:50


Citation :
Un détenu retrouvé mort à Vivonne







OAS_AD('Position1');

cachePubVide('pubDetailArt');









Une autopsie devait être pratiquée, aujourd’hui, à la suite du décès
d’un détenu du tout nouveau centre pénitentiaire de Vivonne. Il s’agit
d’un homme de 56 ans qui a été retrouvé mort dans des circonstances qui
restent à préciser. Le décès ne présenterait pas de caractère suspect à
première vue. L’autopsie devait permettre de confirmer ces premières
impressions.

_________________
"Le réformisme n’est pas, à proprement parler, idiot, mais impossible : moins la prison punit, moins elle répond à sa vocation. Reprocher à la prison d’être trop pénible, c’est reprocher à un hôpital de trop bien soigner."
Revenir en haut Aller en bas
Haymarket
toto 1ere classe


Nombre de messages : 521
Date d'inscription : 23/02/2008

MessageSujet: Re: Journée Anticarcerale 10/10 Poitiers   Mer 21 Oct - 13:56

Citation :
Polémique après le décès d'un détenu

VIVONNE Le détenu, pris d'un malaise, aurait-il pu être sauvé s'il était toujours incarcéré à prison de Poitiers ?


OAS_AD('Position1');




Un détenu, victime d'un infarctus, est mort dans la nouvelle prison.

TOURON Emmanuel





Dans
la nuit de samedi à dimanche, un détenu de 56 ans a été retrouvé mort
dans sa cellule de la prison de Vivonne qu'il partageait avec un autre
détenu. Malgré l'arrivée des secours, la victime n'a pu être ranimée.
Elle a, semble-t-il, succombé à une crise cardiaque. Les résultats de
l'autopsie pratiquée hier ont confirmé ce malaise cardiaque. « C'est une mort naturelle », confirme-t-on au parquet de Poitiers. « Il n'y a pas d'équivoque possible », assure une autre source proche du dossier.


La prison trop éloignée ?

D'après nos informations, c'est la victime qui aurait donné
l'alerte mais les secours (le Samu) seraient arrivés trop tard.
Certains observateurs de la vie dans cet établissement pénitentiaire
pointent l'éloignement de la prison de Vivonne qui n'est pas sans poser
des inconvénients. Un représentant syndical travaillant à la prison de
Vivonne témoigne : « Il n'y a pas de médecin la nuit en prison. Ce
qui s'est passé, c'est que le détenu, pris d'un malaise, a alerté un
surveillant en actionnant son bouton d'appel d'urgence. La direction a
ensuite appelé le Samu au CHU.
»

Mais le temps que les secours arrivent, il était déjà trop tard. « Entre le CHU et la nouvelle prison ou plus exactement entre l'appel au CHU et l'intervention réelle dans les cellules, poursuit notre interlocuteur,
il faut désormais une vingtaine de minutes pour que les secours
arrivent alors qu'avant, à la maison d'arrêt de la Pierre-Levée de
Poitiers, le Samu mettait moins de dix minutes. Le problème, c'est
l'éloignement de Poitiers et de Vivonne. »


Cependant, nul ne
sait si le détenu aurait pu être sauvé à temps dans le cas d'une
intervention plus rapide (par exemple, si le détenu avait été victime
dudit malaise cardiaque à la prison de Poitiers). « On ne saura
jamais. C'est difficile à dire. Ça dépend aussi à quel moment le détenu
a déclenché l'alerte. Lorsqu'il avait ses premières douleurs ou quand
il souffrait de douleurs atroces.
»

La mort de ce détenu -la
première à Vivonne- intervient une semaine après le transfert des
détenus de la maison d'arrêt de Poitiers au centre pénitentiaire de
Vivonne et après la manifestation anticarcérale qui avait dégénéré en
saccage dans le centre-ville de Poitiers le samedi 10 octobre dernier.



FRETIER Denys

_________________
"Le réformisme n’est pas, à proprement parler, idiot, mais impossible : moins la prison punit, moins elle répond à sa vocation. Reprocher à la prison d’être trop pénible, c’est reprocher à un hôpital de trop bien soigner."
Revenir en haut Aller en bas
Haymarket
toto 1ere classe


Nombre de messages : 521
Date d'inscription : 23/02/2008

MessageSujet: Re: Journée Anticarcerale 10/10 Poitiers   Mer 21 Oct - 20:12

Citation :
COUCOU C'EST NOUS
Poitiers, 10 octobre 2009. Y a d'la casse. Un institut de beauté, une agence de voyage,
une librairie catho, une bijouterie, départ de feu à la Direction du Travail, une banque,
un Bouygues-qui-construit-des-ballons, un France Telecom dont on ne peut
décemment demander la démission du PDG, mais seulement le suicide, deux
banques, un journal local, ...
Bon, nous sommes passés par ces rues. Le plus vieux baptistère de France a été
baptisé. Les traces que nous laissons. À même le patrimoine. Il faut avouer qu'on s'en
fout, du patrimoine. Toute trace des incandescences passées est monumentalement
neutralisée. Alors, faut ranimer un peu. Mettre de la couleur. Se souvenir de l'oubli
des puissances. « OMNIA SUNT COMMUNIA ». Nous allons, nous manifestons à la
rencontre de tout ce qui, dans le passé, nous attend.
Nous sommes passés par ces rues. Sur les images, il y a des pleurs d'enfants. ON
voudrait que les enfants pleurent à cause de nous. Mais ils pleurent avec nous. Ce
sont les mêmes larmes que nous avons versées, celles de la Séparation, des larmes
contre ce monde. La destruction, elle, est source de joie. Tout enfant le sait, et nous
l'apprend.
A propos du 10 octobre à Poitiers, des spécialistes ont parlé de la « stratégie du
coucou » (cf. Le Monde du 13 octobre). Les manifestants se seraient fait passer pour
des festivaliers. Depuis le nid culturel squatté, ils auraient pris leur envol à grand
fracas.
La réalité est que la manifestation festive contre la prison de Vivonne avait été
appelée par voie d'affiches, et que la préfecture avait jugé négligeable de prendre des
dispositions particulières.
La réalité, c'est d'abord un rassemblement masqué donc illégal : rien que des coucous.
Limite de la loi anticagoule, on n'interdit pas le carnaval. Embarras des forces de
l'Ordre. Difficile de dire, en effet, où commence la fête.
On n'interdit pas le carnaval. Il y a donc masques et masques. Ceux qui au fond ne
recouvrent plus rien, et les autres, les nôtres, ceux des coucous. Ce qui est visé par la
loi, c'est une certaine façon de se masquer; se masquer en ayant de bonnes raisons de
le faire, se masquer parce qu'on a quelque chose à cacher, ou plutôt, quelqu'un. ON A
TOUS QUELQU'UN A CACHER.
Ce jour-là, à bien y regarder, les coucous ne sont ni dans le festival, ni dans la manif.
Ce qu'ils squattent, c'est la société. La condition de coucou, c'est, simplement, une
existence révolutionnaire dans la société.
« Etre révolutionnaire », rien de plus problématique. Ceux pour qui ça ne fait pas
problème seront les premiers à se rendre, à faire de leur mode de vie une défaite.
Figés dans leur identité, et dans leur « fierté », et raides.
Ce qui est lâche, ce n'est pas la duplicité, ni la dissimulation. Ce qui est lâche, c'est
d'affirmer l'inaffirmable. De se revendiquer « anarcho-autonomes », par exemple.
C'est de prétendre dire, dans la langue de l'ennemi, autre chose que des mensonges. Il
n'y a pas des révolutionnaires, pas d'identité révolutionnaire, mais des devenirs, des
existences révolutionnaires.
Eh oui, nous autres coucous, il nous faut inventer, en même temps qu'une réalité
tranchante, les moyens de tenir. Ou plutôt c'est la même chose, le même processus.
La question est : qu'est-ce qui nous tient?
La génération des années 60 n'a pas su le faire, avec les années 80 comme excuse
historique, et couvercle de plomb. Nous autres, nous n'avons pas droit à l'erreur.
Jamais la situation n'a été aussi mûre; et pourtant, le camp révolutionnaire est un
vaste chantier. Même parmi les ruines, il faut déblayer le terrain, la place manque
toujours pour construire autrement. Jamais la situation n'a été aussi mûre; et pourtant,
tout ou presque reste à faire, et pourtant, nous avons le temps. Il nous faut donc tenir,
tenir à ce qui nous tient. Tenir, tromper l'ennemi. Déjouer les logiques de
représentation, piéger la répression. NOUS SOMMES TOUS DES COUCOUS.
Nés dans le nid de la domination, il nous faut grossir, devenir trop-grands pour son
espace et ses coquilles vides. C'est ainsi : l'époque a dans son ventre les enfants qui
lui marcheront dessus. Elle les nourrit, leur donne un semblant de « monde », elle n'a
pour les choyer que ses flux toxiques, elle n'a que ses poisons. S'ils en réchappent, ils
la tueront. Ils la tueront de la plus noble, de la plus digne, de la plus belle des façons,
enfin, comme on commet sans doute un MATRICIDE.
Quelques casseurs.

_________________
"Le réformisme n’est pas, à proprement parler, idiot, mais impossible : moins la prison punit, moins elle répond à sa vocation. Reprocher à la prison d’être trop pénible, c’est reprocher à un hôpital de trop bien soigner."
Revenir en haut Aller en bas
manou
toto 1ere classe
avatar

Nombre de messages : 1344
Localisation : au patxoki!!!
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Journée Anticarcerale 10/10 Poitiers   Mer 21 Oct - 20:13

Citation :
Nous sommes passés par ces rues. Sur les images, il y a des pleurs d'enfants. ON
voudrait que les enfants pleurent à cause de nous. Mais ils pleurent avec nous. Ce
sont les mêmes larmes que nous avons versées, celles de la Séparation, des larmes
contre ce monde.

Mais ou est-ce qu'ils vont chercher ces connerie?

_________________
la premiere volerie que je fis dans ma vie, c'est d'avoir goupillé la bourse d'un vous m'entendez, c'est d'avoir goupillé la bourse d'un curé...
Revenir en haut Aller en bas
flav
toto 1ere classe
avatar

Nombre de messages : 726
Localisation : http://communisation.net/
Date d'inscription : 15/12/2007

MessageSujet: Re: Journée Anticarcerale 10/10 Poitiers   Sam 24 Oct - 22:27

C'est clair!
En plus il n'avait pas besoin de fabuler pour se justifier, puisque les
mômes ont simplement pleurer à la suite des derniers jets de
lacrymogènes!

Citation :
« Si nous cassons les banques, c’est que nous avons reconnu
l’argent comme cause centrale de tous nos malheurs. Si nous cassons des
vitrines, ce n’est pas parce que la vie est chère mais parce que la
marchandise nous empêche de vivre à tout prix. Si nous cassons des
machines, ce n’est pas parce que nous voulons défendre l’emploi mais
attaquer l’esclavage salarié. Si nous attaquons la salope policière, ce
n’est pour la faire sortir des facultés mais pour la faire sortir de
notre vie. Le spectacle a voulu nous voir redoutables. Nous entendons
bien être pires »

Le soucis des totos, c'est qu'ils prétendent détruire le spectacle,
tout en assumant en être délibérément la continuité! Gare cependant à
ne pas criminaliser leurs actes. D'ailleurs, ces derniers n'ont rien de
"violent" comme eux-même le prétendent, puisqu'il ne s'agit que de
destruction matériel. A ce que je sache, c'est le langage des juristes
qui a introduit cet amalgame. Et le matériel n'est la continuité de
l'individu qu'aux yeux de la société marchande. Voilà quelques
incohérences qu'il serait souhaitable que les partisans de ce genre
d'action résolvent. Cependant si nous ne souhaitons pas à notre tour être la
continuité de ce que l'on dénonce, alors il doit nous importer autant
de décriminaliser ce genre d'action que d'en souligner le manque de
porté politique sans en nier le contenu et l'histoire, car il serait
trop facile de les qualifier d'imbéciles sans consistance. Car ce qui
doit avant tout être pris en compte, c'est la violence première du
capitalisme qui sévi au quotidien. C'est bien elle qui pousse, il faut
bien le reconnaitre, à la destruction de ce qui le représente, comme
l'autorité pousse l'enfant à détruire un vase pour défier les
interdits. Mais c'est aussi sous les lois du même processus que
l'enfant est condamné à arrêter de jouer, et à intégrer la "sagesse",
ou à finir ces jours dans un centre spécialisé. Les totos ne sont pas
des enfants, mais ce sont tout de même des sacrés casse-couilles.
Comment se comporter face à leurs actes et à ces conséquences ? Ils renient nos "milieux" (qui
fournissent pourtant des pratiques de resistance concrètes,
contrairement à ce qu'ils semblent avancer), tout en bénéficiant tant
de notre soutiens que du cadre nos manifestations pour exercés leurs pratiques en toute tranquillité.
On est un peu bloquer là! Sommes nous condamné à reproduire les erreurs du passé? Nos rassemblements sont-ils condamnés à être interdits ?
Comment on fait pour dénouer cette situation de merde ?
Notre "marche de manœuvre" se réduit, que vont devenir nos luttes ? Serons nous condamnés à la clandestinité ? Et serait il vraiment décent de considérer les totos comme responsables, alors qu'ils ne sont qu'un prétexte parmi d'autre à la criminalisation croissante de nos luttes?

Questions ouvertes...
Revenir en haut Aller en bas
http://communisation.net/
flav
toto 1ere classe
avatar

Nombre de messages : 726
Localisation : http://communisation.net/
Date d'inscription : 15/12/2007

MessageSujet: Re: Journée Anticarcerale 10/10 Poitiers   Sam 24 Oct - 22:46

Après réflexion,
faudrait Pt-être pas parler de ça ici en fait...
Si malgré tout vous répondez, n'oubliez pas qu'il faudra assumer vos réponses en toute circonstances...
Bienvenue en France!
Revenir en haut Aller en bas
http://communisation.net/
Pïérô
apprenti gauchiste...


Nombre de messages : 18
Date d'inscription : 30/07/2009

MessageSujet: Re: Journée Anticarcerale 10/10 Poitiers   Dim 25 Oct - 1:37

Ce que je pense, et je partage le fond d'une grande partie des commentaires faits sur les autres, c'est que celà manque cruellement de réflexion sur la mouvance locale, sur ce qui s'est passé, pourquoi çà s'est passé et ce qui suit, avec évidemment un bilan introspectif local.
Nous sommes venu une bagnolle de tourangeaux (AL et CGA) au rassemblement de ce samedi, et avons été confortés dans une une impression de berezina dans cette mouvance libertaire. En gros on a l'impression que que le mouvement libertaire est étranger à tout ce qui se passe, et depuis presque dès le début ?
Il apparait que l'initiative s'est vue confisquée par les totos appelistes/mao-sponts, etc...et le soutien confisqué par les sociaux-démocrates.
Il pourrait être intéressant, voir important, qu'une table ronde s'organise pour tirer un bilan politique commun, et celà malgré les divergences, car ceci pourrait servir non seulement à redonner ou donner une consistance à ce mouvement libertaire qui pourtant ne semble pas manquer d'effectifs, mais pourrait aussi nous être utile au delà à toutes et tous, libertaires et proches, au niveau hexagonal, pour le moins.
Ce n'est pas pour faire le donneur de leçon à la petite semaine, à Tours nous rencontrons depuis quelques années un phénomène de fossé qui se creuse entre une sensibilité "on est bien entre nous entre super radicaux", et la sensibilité communiste-libertaire et/ou syndicaliste révolutionnaire qui cherche à organiser, à réunir d'avantage de monde, mais il me semble qu'on est là dans une fragmentation bien plus importante, doublé d'un quasi effacement politique qui est quand même inquiètant et à interroger.
Evidemment le soutien ne doit pas faiblir, mais s'organiser en quel termes ? Il y a d'autres condamné-es et il va y avoir passage au tribunal en ordre dispersé. Et j'ai une pensée particulière pour Patrick (et je ne ferai pas d'avantage de commentaires parce que je suis en colère, Patrick est engagé sans compter depuis longtemps dans différents domaines : logement, DAL, chomeurs, sans papiers...et est humainement très apprécié, et tout aussi innocent que les autres).
Normalement il y a un rassemblement qui s'organise pour ce samedi 31 à Tours, Il faudrait qu'on se cale avec notre autre planète locale, mais celà ne me parait pas aussi insurmontable que ce que j'ai ressenti aujourd'hui à Poitiers...oui, berezina c'est vraiment le mot que je trouve approprié.
Revenir en haut Aller en bas
http://demainlegrandsoir.org/
flav
toto 1ere classe
avatar

Nombre de messages : 726
Localisation : http://communisation.net/
Date d'inscription : 15/12/2007

MessageSujet: Re: Journée Anticarcerale 10/10 Poitiers   Lun 26 Oct - 15:16

Citation :
En gros on a l'impression que que le mouvement libertaire est étranger à tout ce qui se passe, et depuis presque dès le début ?

Bah, perso, ça m'ennuie de me dissocier d'une mouvance dites
insurrectionnaliste qui serait en contradiction avec le reste. Mais
comme ils se "défient" eux même, "de tout milieu"... C'est bien eux qui assument
d'emblée une dissociation. Je respecte ça, mais ça me dérange. Je pense
savoir à peu près dans quels pièges ne pas tomber : nier le contenu
politique de leurs actes,ou fantasmer sur la porté et les perspectives
de ces derniers, ou encore assumer ces actes comme s'ils s'assagissaient
des nôtres (ça serait à la fois de l'opportunisme : des spectateurs
s'appropriant des actes qu'ils n'ont même pas souhaiter commettre; et de
la connerie : un prétexte de plus pour que le gouvernement s'attaque à
l'existence de certaines orga... loi 36!!!). Et du coup, est-ce que c'est c'est
vraiment à "nous" de donner du sens à tout ça?
En gros, perso je sais comment je refuse de me positionner, mais pas
comment me positionner. D'ailleurs, je ne sais même pas si je le saurais
un jour. Pour une foi je ne risque pas d'être trompé par mes certitudes, je
n'en ai aucune.


Citation :
Normalement il y a un
rassemblement qui s'organise pour ce samedi 31 à Tours, Il faudrait
qu'on se cale avec notre autre planète locale, mais celà ne me parait
pas aussi insurmontable que ce que j'ai ressenti aujourd'hui à
Poitiers...oui, berezina c'est vraiment le mot que je trouve approprié.

Je ne suis pas sûr, mais je crois que se qui se passe à
Poitiers dépasse de loin le cadre local, et touche à des questions qui
depuis des décennies divise l'ensemble du mouvement libertaire (s'il
y' en a un...). Et j'espère que ce n'est pas insurmontable (si c'est de ça que tu parles)...
Revenir en haut Aller en bas
http://communisation.net/
punkastor
gaucho baroudeur...
avatar

Nombre de messages : 74
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Journée Anticarcerale 10/10 Poitiers   Mer 28 Oct - 0:39

pour infos.....

[quote"tours"]Tract unitaire, en cours de signature, d'appel à rassemblement à Tours
ce samedi à 15h, place Jean Jaures devant le palais de justice :


. LIBERATION DE PATRICK

. LEVEE DES INCULPATIONS ET SOLIDARITE AVEC LES CONDAMNES INNOCENTS ET BOUCS EMISSAIRES DE POITIERS

Suite aux évènements liés à la manifestation anti-carcérale du 10
octobre à Poitiers, des personnes ont été déclarées coupables de
violences sur policiers sans preuves. Huit sont passés en comparution
immédiate forcée à la suite de la garde à vue, et trois d'entres elles
ont été condamnées de 1 à 4 mois de prison ferme, les autres à du
sursis et fortes amendes. Patrick a été condamné à 8 mois de
prison dont 4 fermes soupçonné d'avoir lancé une petite pile plate en
direction des policiers. Dix autres personnes avaient été relachées à
l'issue de la garde à vue, parmi elles trois sont poursuivies pour
refus de prélèvement ADN et donc pour "rebellion".
Ce fut un procès
expédié, dans le cadre d'un déchainement médiatique et d'une pression
de l'Etat à travers le ministre Hortefeux. Ces personnes n'ont pas
participé directement aux évènements et ont été arrêtées par la suite,
se rendant à un concert organisé dans le cadre de cette journée
anti-carcérale, et sont étrangères aux faits qui leur sont imputés.
Elles ne servent que de boucs émissaires dans une parodie de justice.
Leur seul tort semblerait d'avoir participé à une forme de contestation
que ce Pouvoir ne saurait tolérer et ne sait que réprimer.
Depuis,
des demandes de mise en liberté, accompagnées d'une mobilisation
importante à Poitiers, ont été acceptées pour les deux étudiants
incarcérés mais pas pour Patrick qui s'est vu refuser ce
droit. Pourquoi Patrick n'a t'il pas pû bénéficier de cette demande de
mise en liberté ? Patrick est un tourangeaux connu pour
participer à nombre de mouvements et de luttes (chomeurs, logement,
DAL, sans papiers...) et est humainement apprécié et pas désocialisé
contrairement à ce qui est affirmé dans les médias.
Le parquet s'est permis de faire appel, Patrick repassera en jugement le 19 novembre, les deux autres le 10 décembre.

Nous exprimons notre indignation face à une telle répression aveugle,
une telle parodie de justice et face à l'exercice d'une justice de
classe, et exprimons notre solidarité et notre soutien à l'ensemble des
condamné-es. C'est pourquoi, a la suite d'une forte mobilisation à
Poitiers, nous avons décidé de nous mobiliser à Tours, comme dans
d'autres villes, avec dans l'immédiat la demande de libération pour
Patrick, et la lévée des inculpations pour tout-es les
condamné-es. Dans la foulée le Pouvoir fait passer deux décrets qui
remettent au gout du jour le décrié fichier edvige, et permet de ficher
une grande partie de la population dans une logique de repression de la
contestation et des mouvements sociaux. Nous tenons donc aussi à
manifester notre opposition à ce typre de fichiers.

Les
amendes, frais d'avocats et de justice se montent à une très grosse
somme, une caisse de solidarité s'est ouverte à Poitiers pour
recueillir les dons solidaires :
chèques à l'ordre de « Acratie ».
Adresse : Acratie (CAR) 86310 LA BUSSIERE. Mettre au dos du chèque :
“solidarité Poitiers”. Il est possible de passer par les militants
tourangeaux en lien qui feront suivre.


RASSEMBLEMENT SAMEDI 31 OCT
à 15h , place Jean Jaures, devant le palais de justice.


Premiers signataires : SUD/SOLIDAIRES, Alternative Libertaire,
Coordination des Groupes Anarchistes, Les Amis de Demain Le grand
Soir...[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Pïérô
apprenti gauchiste...


Nombre de messages : 18
Date d'inscription : 30/07/2009

MessageSujet: Re: Journée Anticarcerale 10/10 Poitiers   Mer 28 Oct - 13:15

ce n'est pas la bonne version.
Il faut pour avoir la bonne enlever le nom de famille de Patrick, selon sa volonté. Si tu peux le faire ou s'il y a des admins qui peuvent éditer le post...

je met la bonne, corrigée depuis hier :

Citation :

LIBERATION DE PATRICK
LEVEE DES INCULPATIONS ET SOLIDARITE AVEC LES CONDAMNES INNOCENTS ET BOUCS EMISSAIRES DE POITIERS

Suite aux évènements liés à la manifestation anti-carcérale du 10 octobre à Poitiers, des personnes ont été déclarées coupables de violences sur policiers sans preuves. Huit sont passés en comparution immédiate forcée à la suite de la garde à vue, et trois d’entres elles ont été condamnées de 1 à 4 mois de prison ferme, les autres à du sursis et fortes amendes. Patrick a été condamné à 8 mois de prison dont 4 fermes soupçonné d’avoir lancé une petite pile plate en direction des policiers. Dix autres personnes avaient été relachées à l’issue de la garde à vue, parmi elles trois sont poursuivies pour refus de prélèvement ADN et donc pour "rebellion".
Ce fut un procès expédié, dans le cadre d’un déchainement médiatique et d’une pression de l’Etat à travers le ministre Hortefeux. Ces personnes n’ont pas participé directement aux évènements et ont été arrêtées par la suite, se rendant à un concert organisé dans le cadre de cette journée anti-carcérale, et sont étrangères aux faits qui leur sont imputés. Elles ne servent que de boucs émissaires dans une parodie de justice. Leur seul tort semblerait d’avoir participé à une forme de contestation que ce Pouvoir ne saurait tolérer et ne sait que réprimer.
Depuis, des demandes de mise en liberté, accompagnées d’une mobilisation importante à Poitiers, ont été acceptées pour les deux étudiants incarcérés mais pas pour Patrick qui s’est vu refuser ce droit. Pourquoi Patrick n’a t’il pas pû bénéficier de cette demande de mise en liberté ? Patrick est un tourangeaux connu pour participer à nombre de mouvements et de luttes (chomeurs, logement, DAL, sans papiers...) et est humainement apprécié et pas désocialisé contrairement à ce qui est affirmé dans les médias.
Le parquet s’est permis de faire appel, Patrick repassera en jugement le 19 novembre, les deux autres le 10 décembre.

Nous exprimons notre indignation face à une telle répression aveugle, une telle parodie de justice et face à l’exercice d’une justice de classe, et exprimons notre solidarité et notre soutien à l’ensemble des condamné-es. C’est pourquoi, a la suite d’une forte mobilisation à Poitiers, nous avons décidé de nous mobiliser à Tours, comme dans d’autres villes, avec dans l’immédiat la demande de libération pour Patrick, et la lévée des inculpations pour tout-es les condamné-es. Dans la foulée le Pouvoir fait passer deux décrets qui remettent au gout du jour le décrié fichier edvige, et permet de ficher une grande partie de la population dans une logique de repression de la contestation et des mouvements sociaux. Nous tenons donc aussi à manifester notre opposition à ce type de fichier.

Les amendes, frais d’avocats et de justice se montent à une très grosse somme, une caisse de solidarité s’est ouverte à Poitiers pour recueillir les dons solidaires :
chèques à l’ordre de « Acratie ». Adresse : Acratie (CAR) 86310 LA BUSSIERE. Mettre au dos du chèque : “solidarité Poitiers”. Il est possible de passer par les militants tourangeaux en lien qui feront suivre.


RASSEMBLEMENT SAMEDI 31 OCTOBRE 2009 à 15h00, place Jean Jaures, devant le palais de justice.


Premiers signataires : SUD/SOLIDAIRES, Alternative Libertaire, Coordination des Groupes Anarchistes, Les Amis de Demain Le grand Soir...
Revenir en haut Aller en bas
http://demainlegrandsoir.org/
Haymarket
toto 1ere classe


Nombre de messages : 521
Date d'inscription : 23/02/2008

MessageSujet: Re: Journée Anticarcerale 10/10 Poitiers   Mer 28 Oct - 16:27

le progrès a écrit:

LYON 1ER
Rassemblement de soutien aux inculpés de Poitiers
le 28.10.2009 04h00

Cent-cinquante personnes ont répondu à l'appel de la CNT qui organisait un rassemblement contre l'état policier en vertu des évènements du 10 octobre à Poitiers, hier, devant l'hôtel de ville. Pour rappel, alors que s'opérait une manifestation contre la construction d'une prison, des groupes autonomes ont passé à tabac le centre-ville. S'en sont suivies dix-huit interpellations et la condamnation d'un syndicaliste de la CNT qui niait tout lien avec les casseurs.

_________________
"Le réformisme n’est pas, à proprement parler, idiot, mais impossible : moins la prison punit, moins elle répond à sa vocation. Reprocher à la prison d’être trop pénible, c’est reprocher à un hôpital de trop bien soigner."
Revenir en haut Aller en bas
Haymarket
toto 1ere classe


Nombre de messages : 521
Date d'inscription : 23/02/2008

MessageSujet: Re: Journée Anticarcerale 10/10 Poitiers   Jeu 29 Oct - 14:45

Violences à Poitiers : beaucoup de bruit pour 18 vitrines




Par Chloé Leprince | Rue89 | 27/10/2009 | 19H58







Deux
semaines après les violences dans les rues de Poitiers en marge de la
manif anticarcérale du 10 octobre, les devis commencent à affluer sur
le bureau de la Fédération des agents économiques
locale. Vu le battage autour de l'événement, on croirait facilement
qu'ils sont légion. Raté : 19 commerçants, et pas un de plus, ont en
fait été touchés.
La Fédération des agents économiques réunit les dossiers des
commerçants qui cherchent à se faire indemniser - d'abord par leur
assurance, puis par l'Etat puisque Brice Hortefeux a promis de mettre
au bout si les enseignes ne rentraient pas dans leurs frais. On se
rappelle en effet la visite express du ministre de l'Intérieur sur place, deux jours après ce que médias et classe politique décrivaient à l'unison comme de grandes émeutes.
Pour mémoire, Brice Hortefeux avait réclamé depuis Poitiers que la
justice « sanctionne et durement » les auteurs des troubles. Il arguait
alors du préjudice subi par les commerçants de la ville. Pas plus tard
que le lendemain de son passage à Poitiers, 9 des 18 suspects
interpellés le samedi écopaient, en comparution immédiate, de peines de
prison pouvant aller jusqu'à quatre mois ferme.
Neuf condamnés pour 19 dossiers d'indemnisation, le ratio est élevé. Surtout quand on découvre qu'ont été vandalisés dix-huit vitrines, des spots d'éclairage et un panneau.
Modération sur place, excitation à Paris


Sur place, les commerçants ne peuvent pas franchement râler même si
certains s'étonnent. A la Fédération des agents économiques, Mathieu
Cognard « ne minimise pas » les dégâts, mais se garde bien de parler
d'une mise à sac :
« Bien sûr, que non, ça ne fait pas tant que ça ! La
ville n'a pas été saccagée, même si je ne vais pas vous dire que
c'était mineur. C'est une petite partie du centre piétonnier qui a été
touchée. »
Il aura la facture précise des dégâts d'ici quinze jours, puisque
les commerçants commencent à lui envoyer des devis : 4775 euros pour
les deux vitrines d'un magasin de chaussures, plus de 5000 euros pour
la grande vitrine du magasin Orange.
Hormis le Crédit agricole, qui a attendu le jeudi pour rouvrir, les
autres commerçants n'ont pas enregistré de manque à gagner faute
d'avoir pu ouvrir : les vitrines ont été vite remplacées plus vite
qu'il n'aura fallu de temps à l'écho médiatique pour décliner.
A la mairie, le service presse confirme la même tendance, même si
l'édile était monté au créneau au lendemain des émeutes pour dénoncer
l'indigence des moyens policiers déployés. On précise :
« C'est seulement une partie de la rue du marché qui a
été touchée, et plutôt par des actes directement dirigés contre le
capitalisme. Mais la ville n'a pas été saccagée, je vous le confirme ! »
La liste détaillée des sinistrés tire bien dans le sens d'actions
ciblées : trois banques, deux mutuelles, une compagnie d'assurance,
Orange et un bijoutier ont notamment subi des dégâts.
Poitiers : dix-neuf dossiers et du fichage à la clé


Pour mémoire, c'est pourtant au lendemain des événements du 10
octobre que le gouvernement avait surfé sur l'actualité pour ressortir ses deux derniers décrets sur le fichage. Ces textes du 16 octobre existaient bien dans les cartons mais patientait depuis plus d'un an, après le tollé suscité par Edvige.
Ils permettront notamment de durcir l'arsenal en direction de ce
qu'on a pris l'habitude d'appeler les « bandes de jeunes » puisque,
dans la foulée des « événements » de Poitiers, le gouvernement a
entériné le fichage des mineurs dès 13 ans.
Outre cet impact législatif, reste encore le feuilleton judiciaire puisque le parquet a fait appel
pour quatre des huit condamnations, estimant que le juge avait été trop
laxiste. Une neuvième personne, mineure de 14 ans, sera quant à elle
jugée en janvier : rébellion et refus de prélèvement ADN.




A lire aussi sur Rue89 et sur Eco89







Ailleurs sur le Web



_________________
"Le réformisme n’est pas, à proprement parler, idiot, mais impossible : moins la prison punit, moins elle répond à sa vocation. Reprocher à la prison d’être trop pénible, c’est reprocher à un hôpital de trop bien soigner."
Revenir en haut Aller en bas
Pïérô
apprenti gauchiste...


Nombre de messages : 18
Date d'inscription : 30/07/2009

MessageSujet: Re: Journée Anticarcerale 10/10 Poitiers   Dim 1 Nov - 2:06

Au tirage du tract on a enlevé "innocents", non pas parce qu'on pense qu'ils ne le sont pas mais pour ne pas jouer dans une cour à plusieurs lectures.
Ce qui donne :
Citation :
LIBERATION DE PATRICK
LEVEE DES INCULPATIONS ET SOLIDARITE AVEC LES CONDAMNES BOUCS EMISSAIRES DE POITIERS

Pour ce qui est du rassemblement/manif de ce samedi 31 oct :
Un dispositif policier impressionnnant et inconnu jusqu'alors autour du lieu de rassemblement d'aujourd'hui à Tours. Une centaine de personnes, ce qui est plutôt bien au regard du fait que c'est surtout le mouvement libertaire et la mouvance "autonome" locale qui se sont mobilisés. Pas de nouvelles du NPA, les verts ont appelé au rassemblement de leur coté sans être vraiment présents. Présence par contre de quelques poitevins, membres du comité de soutien dont le père d'un des condamnés libéré et des membres de la CNT et de la FA 86.
Revenir en haut Aller en bas
http://demainlegrandsoir.org/
Pïérô
apprenti gauchiste...


Nombre de messages : 18
Date d'inscription : 30/07/2009

MessageSujet: Re: Journée Anticarcerale 10/10 Poitiers   Lun 2 Nov - 2:04

photos et article de presse sur le site de "Demain Le Grand Soir" : http://demainlegrandsoir.org/spip.php?article666
Revenir en haut Aller en bas
http://demainlegrandsoir.org/
petitjean
gaucho baroudeur...
avatar

Nombre de messages : 66
Localisation : les égouts de Nottingham
Date d'inscription : 05/07/2009

MessageSujet: Re: Journée Anticarcerale 10/10 Poitiers   Ven 6 Nov - 15:13

Citation :
Demain samedi à 14H30 à Poitiers, salle Jouhaud à la maison du peuple (rue Arsène Orillard) aura lieu une conférence de presse sur les événements du 10 Octobre, avec des personnes ayant subi des arrestations, des gardes à vue, dont certaines ont encore des procès prévus.
Il s'agira aussi de débattre des suites de la mobilisation.
Cette réunion sera suivie d'actions de sensibilisation, pour poursuivre la mobilisation de la population poitevine et d'ailleurs contre la répression judiciaire.
Venez nombreuses-eux !

http://tous-pensants-tous-coupables.over-blog.com/
Revenir en haut Aller en bas
Pïérô
apprenti gauchiste...


Nombre de messages : 18
Date d'inscription : 30/07/2009

MessageSujet: Re: Journée Anticarcerale 10/10 Poitiers   Ven 13 Nov - 13:48

Comme à Poitiers, rassemblement de soutien à Tours ce 18 novembre à 18h :

Citation :
Patrick, le tourangeau emprisonné à Poitiers, passe en appel au tribunal le jeudi 19 Novembre 2009.
Malgré 2 demandes de libération provisoire, il a été maintenu en détention pour des faits dérisoires.

Les organisations SUD Solidaires, le Collectif départemental de soutien aux sans-papiers, NPA, Alternative Libertaire et les Amis de Demain Le Grand Soir appellent à un nouveau rassemblement le mercredi 18 Novembre à 18h Place Jean Jaurès à Tours ( un rassemblement de soutien sera organisé à la même heure à Poitiers ).

Elles proposent aux tourangelles et tourangeaux qui le peuvent de participer au Procès en appel qui se tiendra le jeudi 19 Novembre à 16h30 à Poitiers.
Un rendez-vous pour départ en covoiturage est prévu le 19 novembre à 14h30 Place de la Liberté
Revenir en haut Aller en bas
http://demainlegrandsoir.org/
Pïérô
apprenti gauchiste...


Nombre de messages : 18
Date d'inscription : 30/07/2009

MessageSujet: Re: Journée Anticarcerale 10/10 Poitiers   Ven 20 Nov - 2:59

au procès L'avocat général a requis 18 mois de prison, dont 10 avec sursis, soit la même sanction demandée en première instance, mais n'a pas été suivi. Il n'a eu qu'un mois ferme, a pû sortir ce soir, et on a donc pû le ramener à la maison.

On avait, vis à vis du traitement particulier dont il avait fait l'objet par rapport aux deux autres inculpés dont la demande de mise en liberté avait été acceptée mais pas pour lui, parlé de justice de classe, et comme Patrick à une conscience de classe, il est un peu remonté, non seulement contre cette justice de classe mais aussi par rapport au type de soutien qui s'est organisé à Poitiers...et on le comprend. Pour le reste, car le soutien doit continuer, les procès vont s'enfiler, les tourangeaux restent en contact avec le comité antirepression : http://antirepression.unblog.fr/
Revenir en haut Aller en bas
http://demainlegrandsoir.org/
Haymarket
toto 1ere classe


Nombre de messages : 521
Date d'inscription : 23/02/2008

MessageSujet: Re: Journée Anticarcerale 10/10 Poitiers   Mer 10 Mar - 20:16


Le contrôleur général des lieux de privation de liberté, Jean-Marie Delarue, s'est déclaré, mercredi 10 mars, "très pessimiste"
sur les nouvelles prisons, dont la conception est selon lui de nature à
favoriser une hausse de l'agressivité et de la violence."Nous avons envoyé en simultané trois équipes différentes dans des établissements qui ont ouvert dans l'année [2009]." "Nous sommes tous revenus très pessimistes sur la manière dont ont été conçues ces prisons et sur leur devenir", a souligné devant la presse M. Delarue, en présentant son deuxième rapport annuel.
"On a tout sacrifié à la sécurité dans ces prisons, on a oublié le reste", et notamment "les nécessaires relations humaines qui doivent exister", a-t-il estimé. "On a multiplié le béton, les grilles de séparation dans la prison", au point qu'"entre le tiers et le quart" des détenus se rendant à un rendez-vous médical ou une activité (socioculturelle, travail…) "n'arrivent jamais à destination". Ils sont obligés de rebrousser chemin car l'heure de leur rendez-vous est passée.
M. Delarue a également cité les vitres sans tain des postes de
surveillance qui jalonnent les couloirs, qui contribuent à une
détérioration des relations humaines. "Il y a dans ces prisons une multiplication des frustrations, et par conséquent un accroissement inévitable de l'agressivité", engendrant "violence contre soi et contre autrui", a-t-il constaté. Selon lui, "il faut revoir très sérieusement la conception" des futurs établissements et réduire leur dimension. Il a souhaité "150 à 200 détenus par prison".
La ministre de la justice, Michèle Alliot-Marie,
avait indiqué en janvier que les futurs établissements auraient une
capacité de 700 places, et non 1 000 comme initialement prévue.
Dix-huit établissements nouveaux doivent ouvrir d'ici 2017, dont 11
d'ici fin 2015, afin de remplacer les prisons les plus vétustes.
En savoir plus :
Le rapport du contrôleur général des lieux de privation de liberté.

_________________
"Le réformisme n’est pas, à proprement parler, idiot, mais impossible : moins la prison punit, moins elle répond à sa vocation. Reprocher à la prison d’être trop pénible, c’est reprocher à un hôpital de trop bien soigner."
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Journée Anticarcerale 10/10 Poitiers   

Revenir en haut Aller en bas
 
Journée Anticarcerale 10/10 Poitiers
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Journée à Dinant en juillet 2007
» Invitation à la Journée Départementale du REAAP38 ...
» Journées du patrimoine en Nord-Cotentin!
» les demi journées
» Les journées du patrimoine a St Sauveur le Vicomte

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Collectif de Révolte Anti-Capitaliste Poitiers :: evenements militants :: évènements militants-
Sauter vers: