AccueilPortail*RechercherS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Jeudi noir repasse a l'action

Aller en bas 
AuteurMessage
Haymarket
toto 1ere classe


Nombre de messages : 521
Date d'inscription : 23/02/2008

Jeudi noir repasse a l'action Empty
MessageSujet: Jeudi noir repasse a l'action   Jeudi noir repasse a l'action Icon_minitimeLun 28 Avr - 20:52

1er mai Manif’ Action Réquisition festive

— -

Jeudi 1er mai 16h
place René Cassin, à côté de l’Eglise St Eustache

"Une loi de réquisition existe : ce que l’Etat ne fait pas... nous le ferons"

Le 1er mai ne se fera pas sans les jeunes mal-logés. La fête du
travail c’est bien, mais que se passe-t-il quand le travail ne suffit
même pas à se payer une chambre de bonne ? Etudiants ou jeunes actifs,
les jeunes mal-logés se prennent en main...

Après le beau succès de la dernière réquisition de Jeudi Noir, au 7 impasse Saint Claude, Jeudi Noir vous invite à une nouvelle action-manifestation-réquisition :

Rendez-vous jeudi 1er mai 16h pile place René Cassin, à côté de l’Église St Eustache
pour un rassemblement festif puis une manifestation avec en ligne de mire...
une réquisition d’immeuble vide !

- Alors que Christine Boutin prépare une nouvelle loi dont il y a plus à craindre (facilitation des expulsions) qu’à espérer...

- Alors que Nicolas Sarkozy s’auto félicite de son ruineux crédit d’impôt pour les propriétaires...

- Alors que les maisons à 15 euros n’existent que dans la tête des ministres à deux francs...

- Alors qu’une défiscalisation « De Robien » coûte plus cher à l’Etat qu’un HLM...

- Alors que les loyers continuent de grignoter le pouvoir d’achat des locataires...

- Alors que les mesures promises aux SDF sont trahies...

- Alors que la crise du logement est toujours aussi grave pendant que tant d’immeubles restent aussi vides...

... Jeudi Noir repasse à l’action, en compagnie des organisations de
jeunesse : Unef, Sud, Confédération étudiante, FAGE, Fac Verte, MJS,
JC, JCR, Jeunes Verts, jusqu’à des jeunes du Modem, en passant par AC
Le Feu et le Mouvement Rural des Jeunesses Chrétiennes) qui ont
co-signé une plate-forme de 11 revendications précises pour que les jeunes ne paient plus la bulle immobilière !

Ambiance festive garantie, venez avec vos amis musicos, vos
instruments de musique, votre mousseux, vos duvets, vos posters
préférés (ou pas)...

A jeudi !

L’équipe de Jeudi-Noir

PS pour information :

Les réquisitions comme arme contre le mal-logement et l’inactivité des décideurs politiques

Les chiffres du mal-logement reflètent en creux l’absence de volonté
politique. En effet, le déficit de logement, estimé de 550.000
logements (Nexity) à 900.00 (« rapport » Mouillard) implique de
construire massivement. Et l’interminable liste de personnes en attente
d’un logement en attente (1,3 millions) finit de convaincre qu’il faut
du logement social, et très social (actuellement, plus de 75% des
français sont éligibles au logement social).

Mais des marges de manœuvre considérables existent dans le parc existant !

En même temps que les conditions d’accès à un logement digne se
durcissent, on constate une forte augmentation du nombre d’immeubles
vacants. Enrichies par 10 années de flambée immobilière, les banques,
les compagnies d’assurances et les caisses de retraite se contentent
désormais de laisser dormir un parc immobilier qui rapporte plus par le
simple effet de la spéculation qu’en cherchant à le louer. Partout,
dans les quartiers prestigieux ou populaires, des immeubles vides et
silencieux se dégradent, faute d’entretien, pour avoir été considérés
comme des actifs purement financiers.

14 villes de plus de 100 000 habitants ont des taux de vacances
(logement vide depuis plus de 2 ans) supérieurs à 10% (enquête INSEE).
13,8% des logements de Lille sont vacants, 10,3% à Paris, soit 138 000
logements vacants. Au total, on estime qu’il existe en France 2
millions de logements vacants.

Il faut évidemment se méfier de l’arithmétique simpliste
mais il y a dans ces 2 millions de logements vides depuis plus de deux
ans un important, décisif réservoir de logements qu’il importe de
remettre sur le marché. Et cela sans compter les millions de mètres
carrés de bureaux vides.


Des lois de réquisitions ont été votées pour lutter contre le mal
logement. Par peur de froisser son électorat déjà logé, la classe
politique refuse d’appliquer ces lois.

Une taxe sur les logements vacants existe également, elle concerne
les propriétaires de logements inoccupés depuis au moins deux ans dans
huit agglomérations : Paris, Lyon, Lille, Bordeaux, Toulouse,
Montpellier, Nice et Cannes-Grasse-Antibes. Mais ne rapporte rien car
elle est trop faible. 10% de la valeur locative après 2 ans de vacance,
12,5% puis 15% les années suivantes. Surtout, elle n’a pas l’effet
dissuasif escompté. A quand son triplement ?

Pour mémoire : taux de logement vacant dans les grandes villes françaises (source Insee 2006

_________________
"Le réformisme n’est pas, à proprement parler, idiot, mais impossible : moins la prison punit, moins elle répond à sa vocation. Reprocher à la prison d’être trop pénible, c’est reprocher à un hôpital de trop bien soigner."
Revenir en haut Aller en bas
Haymarket
toto 1ere classe


Nombre de messages : 521
Date d'inscription : 23/02/2008

Jeudi noir repasse a l'action Empty
MessageSujet: Re: Jeudi noir repasse a l'action   Jeudi noir repasse a l'action Icon_minitimeJeu 1 Mai - 17:51


Le maire du troisième veut des lois pour lutter contre la spéculation à Paris







Alors que Jeudi noir s'apprête à procéder à une nouvelle réquisition,
Pierre Aidenbaum, maire du IIIème arrondissement de Paris laisse agir
le collectif en soulignant l'inefficacité de la législation en matière
de lutte contre l'inoccupation immobilière.















Jeudi noir repasse a l'action 801336-961301








Pour eux, comme toutes les semaines, le premier mai sera un Jeudi noir. Un mois après la réquisition de l'immeuble de L'Impasse dans le IIIè arrondissement de Paris, le collectif de lutte contre le mal logement,
désormais suivi à chaque action d'un cortège de caméras fébriles, veut
donner un nouveau coup de pied dans la fourmilière locative. Du
rendez-vous fixé jeudi 1er mai à 16 heures sur la place Saint-Eustache,
dans le quartier des Halles à Paris, le groupe ira « réquisitionner » un nouveau lieu tenu secret : « Une loi de réquisition existe : ce que l'Etat ne fait pas, nous le ferons », clame leur site.



A la mairie du troisième arrondissement, Pierre Aidenbaum, socialiste
proche de Bertrand Delanoë, a fait la visite de L'Impasse avant
d'affirmer face aux caméras de France 2 qu'il comprenait leur
mobilisation (voir la vidéo ci-dessous).







Marianne2.fr : Un mois après la « réquisition » de L'Impasse par Jeudi Noir, soutenez-vous toujours cette action ?

Pierre Aidenbaum :
Nous avons promis que, tant qu'ils respecteraient la loi et qu'ils ne
créaient pas de nuisances à l'ordre public, nous ne ferions rien contre
eux. J'ai été visiter ce lieu pour des raisons de sécurité, avec le
commissaire de police. Ce bâtiment inoccupé a déjà été squatté en 2005
mais cela avait donné lieu à des débordements considérables : 50 à 100
personnes y vivaient au lieu des 25 venus au départ et les fêtes qui y
étaient organisées dégénéraient complètement et ont excédé le
voisinage. Depuis, je suis méfiant et les habitants du quartier aussi :
une demande d'expulsion a déjà été déposée par le syndic.

Approuvez-vous néanmoins cette démarche de réquisition ?

Je comprends ces actions car il y a effectivement une nécessité
d'interpeller l'opinion et les pouvoirs publics sur le problème du
logement. Mais cette technique ne doit pas non plus devenir
systématique : la mairie de Paris fait beaucoup d'efforts depuis 2001.
Durant la précédente mandature, 450 logements ont été construits grâce
à des préemptions organisées par la mairie du IIIème arrondissement, et
ce malgré les prix du quartier. Il faudrait aussi qu'ils aillent
squatter un peu dans des arrondissements de droite, pour interpeller
l'opposition de temps en temps !


L'un des objectifs de ces
réquisitions sauvages est justement de souligner les limites de
l'action des pouvoirs publics. Y a-t-il une solution à cette
impuissance ?


Le problème n'est pas parisien, il est
législatif : pour lutter contre le vide à Paris, il faut pouvoir taxer
les gens qui laissent des locaux vides, qu'il s'agisse de bureaux ou de
logements. A ce titre, c'est directement aux députés qu'il faudrait
s'adresser, plus qu'aux maires. La spéculation immobilière ces derniers
temps à Paris a poussé le prix du foncier à la hausse de 10 à 15% par
an : ceux qui achètent ne le font que pour vendre à un meilleur prix
qui n'arrête jamais de monter ! Face à cette escalade, la puissance
publique devrait pouvoir agir au bout de deux ans et disposer de
procédures rapides et contraignantes qui permettraient de remobiliser
les surfaces vides au bénéfice du parc locatif ou social de la ville de
Paris. Il est inimaginable de laisser de tels locaux en jachère quand
on voit le besoin de logement d'une ville comme Paris.









Mercredi 30 Avril 2008 - 09:09




Sylvain Lapoix

_________________
"Le réformisme n’est pas, à proprement parler, idiot, mais impossible : moins la prison punit, moins elle répond à sa vocation. Reprocher à la prison d’être trop pénible, c’est reprocher à un hôpital de trop bien soigner."
Revenir en haut Aller en bas
 
Jeudi noir repasse a l'action
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vigile et action du 31 mai???
» Jeudi 1èr Décembre 2011
» jeudi 29 decembre 2011
» Bon Jeudi
» Bon Jeudi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Collectif de Révolte Anti-Capitaliste Poitiers :: evenements militants :: évènements militants-
Sauter vers: