AccueilPortail*FAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La CGT en grande forme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
pwik pwik
gaucho baroudeur...
avatar

Nombre de messages : 179
Age : 29
Date d'inscription : 15/05/2008

MessageSujet: La CGT en grande forme   Jeu 25 Juin - 10:34

"Ils sont rentrés et ont balancé les lacrymo" (source Libération)

Un commando de gros-bras a délogé ce mercredi les travailleurs sans-papiers de la Bourse du travail, à Paris, à coups de gaz lacrymo. Des CRS ? Non, la CGT.


Matelas sous le bras, sacs et couvertures à la main, ils sont sortis un à un, sous le regard des CRS. Sur le trottoir, bordé par des dizaines de fourgons de police et de cars de CRS, des femmes pleurent, en état de choc.
Après 14 mois passés à vivre jour et nuit dans les locaux de la Bourse du travail à Paris, les occupants de ce grand bâtiment situé à deux pas de la place de la République se sont retrouvés à la rue ce midi, évacués de force.
Africains en situation irrégulière, ils étaient autour de 400 à 500 à y vivre en permanence et près de 1200 à y venir par intermittence. Qui a mené l'évacuation ? La situation était d'abord confuse, cet après-midi. Tandis que nombre de témoins accusaient la police, les sans-papiers évacués désignaient la CGT, qui aurait envoyé son service d'ordre faire le sale boulot.
Scénario que le syndicat a fini par reconnaître quelques heures plus tard: «Après avoir essayé en vain de négocier pendant des mois, nous avons décidé de mettre un terme à une occupation qui était devenue un squatt (...) et ce sans faire appel aux forces de l'ordre», justifie Patrick Picard, secrétaire général de l’Union départementale de Paris.
Pourquoi un syndicat qui monte régulièrement au créneau sur la question des travailleurs sans-papiers a-t-il délogé... des travailleurs sans-papiers ? La CGT, qui dispose du bâtiment, en co-gestion avec la CFDT, FO, la CFE-CGC, l'Unsa et Solidaires, voulait d'abord récupérer son lieu de travail. Ensuite, le syndicat entretient depuis le début des relations tendues avec ces sans-papiers, pour la plupart travailleurs isolés, employés dans le nettoyage ou la sécurité, qui se sont rassemblés dans un collectif autonome, la CSP 75 (coordination des sans-papiers), sans jamais vouloir se rapprocher de la CGT pour les demandes de régularisation.
«Bonbonnes de lacrymo»


Après plusieurs semaines de menaces, la CGT a donc envoyé ce matin «quelques dizaines de militants», qui n'ont pas fait les choses à moitié. Les témoins — occupants, passants ou commerçants — décrivent tous la même scène, très brutale: vers 12h30, alors que le gros des occupants était, comme chaque mercredi, parti manifester place du Châtelet pour réclamer des régularisations, une trentaine de gros bras «au crâne rasé», brassard orange au bras, ont débarqué armés de «bâtons» et de «bonbonnes de lacrymo», le visage protégé par des masques et des «lunettes de piscine».
«Ils ont remonté la rue en rang, arrivés à la porte de la Bourse du travail ils ont crié "On y va! on y va!", ils sont rentrés dans le bâtiment et ont balancé les lacrymo», raconte Nicolas qui remontait la rue à ce moment là et a appelé la police, comme d'autres. Une jeune fille, Nadia, dit aussi avoir vu «une vraie milice. Leurs bâtons, c'étaient des planches». D'autres parlent de «commando», de «chaises qui volaient», montrent les vitres cassées.
Sous le choc, Konté, un occupant qui ce matin n'était pas parti à la manifestation, justement pour garder le bâtiment, raconte: «Ils savaient qu'on est peu nombreux le mercredi. On était dans la cour quand ils sont arrivés, ils nous ont lancé tellement de gaz qu'on a dû sortir, on n'a pas eu le choix.» La police est arrivée «dix minutes plus tard» mais sans rentrer dans le bâtiment, faute, explique-t-on, de réquisition du propriétaire, en l'occurrence la mairie de Paris. Les policiers seront rejoints par les CRS, tandis que les pompiers évacuent plusieurs blessés légers.
«Milice»


Sur le boulevard, les passant s'échauffent: «ratonnade», «nettoyage», «Sarkozy assassin»... Certains jurent reconnaître parmi les policiers en civil présents les mêmes qui ont forcé le bâtiment une demi-heure plus tôt. Deux jeunes filles affirment que des policiers en civil étaient déjà là quand la «milice» a débarqué et se parlaient entre eux avec leur talkie. Bientôt la rumeur court: ce serait la police qui aurait mené une opération coup de poing pour pouvoir ensuite faire évacuer le lieux.

Dans les rangs de la police, on ne nie pas avoir eu des hommes présents «comme chaque mercredi, pour encadrer la manifestation» mais on se défend d'avoir participé à l'évacuation, menée «par le service d'ordre de la CGT et uniquement par lui».

En fin d'après-midi, les sans-papiers achevaient d'amasser leurs affaires sur le trottoir, sans savoir où ils allaient passer la nuit. Impossible pour l'heure de réoccuper le bâtiment, toujours bloqué par la police.
CORDÉLIA BONAL (texte) et EMILIEN CANCET (images)
Revenir en haut Aller en bas
pwik pwik
gaucho baroudeur...
avatar

Nombre de messages : 179
Age : 29
Date d'inscription : 15/05/2008

MessageSujet: Re: La CGT en grande forme   Jeu 25 Juin - 10:40

Revenir en haut Aller en bas
le git
gaucho baroudeur...
avatar

Nombre de messages : 230
Date d'inscription : 02/11/2008

MessageSujet: Re: La CGT en grande forme   Jeu 25 Juin - 15:49

Revenir en haut Aller en bas
le git
gaucho baroudeur...
avatar

Nombre de messages : 230
Date d'inscription : 02/11/2008

MessageSujet: Re: La CGT en grande forme   Ven 26 Juin - 17:36

tract de réponse aux 4 pages de la cgt

Citation :


“Un an d'occupation de la Bourse du travail ! Et après ?”

Sous
ce titre a paru un tract de 4 pages (“à diffuser largement dans les
arrondissements, aux militants, aux syndiqués, au collectif
immigration, etc...”) de l'Ud-Cgt de Paris sur l'occupation que nous
menons depuis plus d'un an déjà à la Bourse du travail.

Ce tract
vise expressément à semer la division en notre sein, entre
“initiateurs” et “occupants”, par exemple, ou entre sans-papiers et
“individus” qui nous soutiendraient pour “surfer sur un mouvement lancé
en dehors d'eux”. Il contient des affirmations erronées ou fausses,
voire calomnieuses, comme les derniers mots rapportés. Il est donc
nécessaire, malgré nous, et sans aucun esprit polémique, de balayer
quelques-unes de ces affirmations, les principales. Ce qui nous
permettra de conclure sur le fond du sujet.

Il est dit que
“cette opération globalement ne bénéficie d'aucun soutien associatif,
syndical, politique”. Tout au contraire : nous avons acquis très vite
la solidarité de la Fasti (Fédératrion des Associations de Solidarité
avec les Travailleurs Immigrés), et le Gisti (Groupe d'Information et
de Soutien des Immigrés) aussi nous a à plusieurs reprises manifesté
son soutien, quoique nuancé ; des membres de Resf continuent de venir
nous apporter leur soutien actif et quotidien ; des miltants syndicaux,
de la Cgt notamment, sont à nos côtés ; des membres du Npa et des Verts
continuent de participer à nos initiatives publiques. Sans oublier la
contribution précieuse du Haut Conseil des Maliens de France.

Il
est dit que “le but de ceux qui ont poussé à cette opération” était de
poser “un problème sérieux à la Cgt” et d'“entraver l'activité des
syndicats”. Tout au contraire, le but, maintes fois exprimé
publiquement et dans des rencontres avec la Cgt avant et après
l'occupation, (en particulier dans plusieurs réunions tripartirtes,
CGT, CSP 75, Haut Conseil des Maliens), était dans la droite ligne de
la nouveauté de l'action cégétiste, de solliciter et d'obtenir son
appui pour l'élargissement de cette ligne à tous les travailleurs
sans-papiers, même ceux isolés, et non seulement à un petit nombre
travaillant dans des entreprises avec représentation syndicale et
choisis au crible de “la médiatisation de la grève” : c'est-à-dire pour
l'élargissement à l'immense majorité des sans-papiers, attendu que tous
travaillent, forcément, pour vivre et faire vivre leurs familles au
pays.

Il est dit que “cette irruption du syndicat à côté des
collectifs, des associations, a été vue aussi en termes de rivalité, de
concurrence ; en tout cas, et cela ne fait aucun doute, pour la Csp
75”. Ce n'est pas à nous de parler pour les autres collectifs, mais
pour ce qui est des 4 de la Csp 75, c'est le contraire qui est vrai. Ce
qui nous distingue, et cela depuis l'occupation de Saint-Bernard en
1996, c'est justement notre collaboration avec les syndicats et
notamment avec la Cgt. Nous avons participé activement au lancement du
mouvement des grèves le 15 avril 2008. C'est lorsque la Cgt a refusé,
les jours suivants, de prendre en charge aussi, dans ce mouvement, la
revendication des travailleurs sans-papiers isolés, que nous avons pris
là-dessus notre propre position, et c'est ce qui nous a poussés à
occuper la Bourse du travail.

Une sorte d'anti-syndicalisme,
alors, de la part de la Csp 75 ? Allons donc ! L'ensemble de nos
positions et des raisons qui nous ont amenés à cette action ont été
largement exposées et commentées dans les 12 numéros parus de notre
journal, dont 2 expressément consacrés à “la question syndicale”. Dès
octobre 2008, et aussi par la suite, notre journal a avancé des
propositions visant à la constitution d'un “syndicat de sans-papiers”,
intérieur à la Cgt si cette organisation syndicale le veut bien, et
sinon autonome. Et c'est justement ce que vient de faire l'Ud-Cgt de
Lyon ! (Voir n. 12 de notre journal.) Les faits sont là pour prouver
justement le contraire de ce que veut faire accroire le tract en
question.

Il est dit encore, à ce propos, que la Cgt intervient
“sur ce dossier” (des travailleurs sans-papiers) “ès qualité en quelque
sorte” (en tant que syndicat), et que “personne ne peut nous le
contester”. Nous ne le contestons pas, tout au contraire. Ce que nous
contestons, ce sont des comportements que nous avons eu l'occasion de
qualifier de “colonialisme syndical” : la Cgt, comme toute autre
organisation, syndicale ou non, ne peut pas prétendre venir imposer
d'en haut sa volonté dans les luttes des travailleurs sans-papiers,
sans avoir leur accord. Or, de même, personne ne peut contester que la
Csp 75 est, sous cet angle, une des plus importantes réalités existant
en France : nous aussi nous avons notre mot à dire “sur ce dossier”,
toute légitimité à discuter ou contester les propositions des autres et
à vouloir que nos propositions aussi soient prises en compte.

Nous
n'avons jamais songé à contester la légitimité de l'action de la Cgt.
Nous voulons en discuter les formes, l'ampleur, et les résultats. Car
ces résultats, après plus d'un an, sont sous les yeux de tout le monde.

La
“régularisation par le travail” (l'application du “fameux article 40”),
personne ne peut plus nier qu'elle peut être une arme à double
tranchant, et qu'elle est en train de devenir le véritable instrument
de l'“immigration choisie”, dans la mesure où elle est en train, non
pas d'être un critère à côté d'autres, mais de supplanter les autres
critères : d'aboutir à des régularisations précaires, à la merci des
patrons et des préfectures, pour remplacer les régularisations de
longue durée sur la base de critères tels que “la vie familiale”
et-cetera.

Il faut renverser cette tendance, voilà le fond du
problème. Cela ne peut se faire qu'avec la participation la plus large,
directe et commune, de tous les travailleurs sans-papiers aux décisions
concernant les formes et le déroulement de leurs luttes. Nous ne sommes
aucunement fermés aux propositions de la Cgt. Sans aucun doute, nous
aussi nous voulons nous “en sortir”. Mais, “comment” ? Les propositions
doivent être des propositions, et non des ultimatums : c'est-à-dire
qu'elles doivent être faites pour être discutées, approuvées d'un
commum accord, dans un esprit de collaboration et pour trouver une
solution de “sortie” viable pour tout le monde, et surtout efficace,
visant la régularisation de tous les travailleurs sans-papiers isolés
de la Bourse du travail. Des propositions et non des provocations comme
celles qui, par deux fois, ont conduit des responsables de l’Ud-Cgt à
venir distribuer assez vigoureusement leur tract polémique aux
sans-papiers de la Bourse.

Paris, le 8 juin 2009






A DIFFUSER LARGEMENT DANS LES ARRONDISSEMENTS, AUX MILITANTS, AUX SYNDIQUéS, etc...
Revenir en haut Aller en bas
le git
gaucho baroudeur...
avatar

Nombre de messages : 230
Date d'inscription : 02/11/2008

MessageSujet: Re: La CGT en grande forme   Ven 26 Juin - 17:37

Citation :

Occupation de la bourse du travail de Paris
La voie était sans issue



Communiqué de l’Union départementale CGT de Paris


jeudi 25 juin 2009







Les
syndicats CGT de Paris ont contribué à mettre un terme à l’occupation
de l’annexe Eugène Varlin, rue Charlot, de la Bourse du travail de
Paris investie depuis le 2 mai 2008 par des travailleurs sans-papiers,
sur l’initiative de la Coordination 75 des collectifs de sans-papiers.



Dès
le début de cette occupation, les délégués de la Coordination des
sans-papiers 75 ont interdit tout contact entre ces travailleurs
sans-papiers et la CGT, ses militants et les autres syndicats.
Ces délégués ont cultivé l’idée que cette occupation de la Bourse du
travail permettrait la régularisation des travailleurs sans-papiers
isolés.
C’est volontairement qu’ils ont conduit dans une impasse ces
travailleuses et ces travailleurs qui, comme d’autres, auraient pu
faire le choix de s’organiser dans les syndicats pour mener des luttes
collectives à l’entreprise.


C’est parce que nous ne pouvions laisser perdurer cette
occupation stérile que le mouvement syndical parisien a décidé de
sortir ces femmes et ces hommes de cette impasse, et ce, sans faire
appel aux forces de l’ordre.


L’intransigeance des responsables de la Coordination 75
a été constatée à plusieurs reprises à l’occasion des nombreuses
réunions qui, sur l’initiative de la CGT, ont rassemblé les Unions
départementales CGT, CFDT, FO, FSU et Solidaires, les associations de
soutien aux travailleurs immigrés (Ligue des droits de l’homme, Autre
monde, GISTI, RESF, CIMADE …) et la coordination 75 des sans-papiers.


Les syndicats et les associations ont réalisé des actes concrets :


participation
de la coordination 75 à la délégation qui a été reçue par le
représentant du Préfet à l’occasion de la manifestation du 11 juin 2008
organisée par la CGT devant la Préfecture de police de Paris,

par
courrier en date du 23 juin 2008, à la demande de la coordination, les
syndicats et les associations ont saisi le ministre de l’Immigration
d’une demande de rencontre au sujet des travailleurs isolés en
difficultés pour obtenir des contrats de travail de leurs employeurs
(1300 dossiers ont été recensés),

le
3 juillet 2008, à l’occasion d’une nouvelle manifestation à
l’initiative de l’UD CGT de Paris, la Coordination a fait partie de
notre délégation et date a été prise avec les représentants du Préfet
de police de Paris pour la remise de leurs dossiers. Deux réunions à la
Préfecture ont suivi, en présence et avec l’appui du secrétaire général
de l’Union départementale CGT de Paris.


Ils ont formulé des propositions


parrainage
par les syndicats des dossiers relevant de la régularisation par le
travail, y compris ceux des travailleurs individuels qui ne peuvent pas
se mettre en grève,

appui par les associations des dossiers des travailleurs non déclarés, sans contrat de travail ni bulletin de salaire,

appui par le réseau RESF des dossiers des familles ayant des enfants scolarisés,

étude
de tous les dossiers par les associations et les syndicats, dans le
cadre d’un travail en commun avec la Coordination des sans-papiers afin
d’évaluer pour chacune des personnes concernées les chances objectives
de régularisation afin de réduire au maximum les risques encourus et
procéder à la construction collective des dossiers.


Toutes ces propositions, pourtant très constructives et
d’ordre pratique, ont été refusées par la Coordination au motif qu’il
s’agissait de « leurs dossiers ». Qui peut comprendre une occupation
motivée par un besoin d’aide et le refus de toute proposition ? Plus
fondamentalement, comment comprendre que la coordination 75 des
sans-papiers porte préjudice au mouvement syndical, et en particulier à
la CGT, tout en faisant soi-disant appel à son soutien ?


Ces derniers mois, nous avons même entretenu des
contacts réguliers avec le Haut Conseil des maliens de France avec
lequel plusieurs réunions de médiation ont eu lieu. A plusieurs
reprises nous avons pensé que nous arriverions à trouver une issue
positive par la signature d’un engagement pour des luttes communes et
la construction d’un rapport de force unitaire, mais en vain !


Que signifiait donc cette occupation qui, au fil des
jours, était devenue un « squatt » dont nous ne voyions pas la fin ?
Qui avait intérêt à cette occupation mise en œuvre deux semaines après
la grande grève des salariés sans-papiers déclenchée, le 15 avril 2008,
dans plusieurs dizaines d’entreprises d’Ile de France ? Qui gênons-nous
et à qui faisons-nous de l’ombre ?


En tout état de cause, s’avérant sans effet sur les
pouvoirs publics et le patronat, s’avérant surtout sans issue et
paralysant l’activité des syndicats par la spoliation de la majeure
partie de leurs locaux (sept salles de réunions, deux imprimeries,
entrave à l’accès normal du site aux salariés et syndicats parisiens…),
cette pression insensée sur le mouvement syndical, et la CGT en
particulier, ne pouvait durer. C’est pourquoi, les syndicats CGT de
Paris ont décidé d’y mettre fin avec la certitude d’avoir tout tenté
par le dialogue.


La lutte se poursuit


La CGT, qui se bat quotidiennement aux côtés des
travailleurs sans-papiers, comme aux côtés de tous ceux qui luttent
dans ce pays, ne pouvait continuer à être prise pour cible.
Elle devait retrouver la plénitude de ses moyens et faire cesser cette
pression inadmissible parce que totalement injuste.
Les responsables du désespoir des sans-papiers sont, eux, les
véritables adversaires, mais ils sont ailleurs !
Il s’agit de ceux qui ont la culture du résultat et appellent à faire
du chiffre en remplissant centres de rétention et charters et de ceux
qui, trop souvent, profitent de l’existence d’une « armée » de
travailleurs sans-papiers et sans droits, donc exploitables à merci :
gouvernement et patronat !


La lutte commencée à Paris, en février 2008, avec les
salariés sans-papiers du restaurant « La grande Armée » a permis la
régularisation de plus de 2000 salariés.


La CGT poursuivra son combat pour la régularisation de tous les autres.








Revenir en haut Aller en bas
black jack
Gloire a toi grand timonier!!!
Gloire a toi grand timonier!!!
avatar

Nombre de messages : 1069
Localisation : vous etes ici!
Date d'inscription : 01/10/2007

MessageSujet: Re: La CGT en grande forme   Sam 27 Juin - 21:15

Citation :

Communiqué
:


La Fédération des syndicats Sud Education s'étonne de la convergence constatée par le bureau national entre Solidaires et la FSU.

Nous ne faisons pas le même constat.

En effet, localement, la FSU soutient des positions très éloignées des nôtres.
Elle refuse syst
ématiquement d'appeler à des AG départementales de grévistes,
alors que nous travaillons
à l'autoorganisation des luttes.
Elle contribue
à la sectorisation des actions
( premier degr
é, second degré, supérieur)
tandis que nous travaillons
à la construction d'un mouvement intercatégoriel et
interprofessionnel.
Elle se tient
à distance des collectifs de lutte, alors que nous nous investissons fortement dans les collectifs pour la défense des services publics et dans le collectif départemental pour la grève générale.

Sur le plan national, la position de la FSU est tout aussi ambiguë.
Rappelons que , dans le premier degr
é, elle n'a pas appelé ouvertement
au boycott de base
élèves et des évaluations en CM2,
rejetant la responsabilit
é de la désobéissance sur des individus qu'elle se contente de soutenir après coup.

Au contraire, la F
édération Sud éducation cherche
à
construire un mouvement collectif.

Plus récemment, en CTPM, alors que tous les syndicats avaient décidé
de voter contre la mastérisation de la formation des enseignants,
la FSU s'est retrouv
ée ( seule avec le SNALC, syndicat de droite)
à s'abstenir, ouvrant la porte à un simulacre de négociations.

Rappelons enfin que la FSU a largement contribué à l'échec
du mouvement social en 2003, par son attitude
« responsable ».
On se souvient encore que Luc Ferry,
ministre de l'Education Nationale de l'
époque, avait félicité
ce syndicat d'avoir sauvé le baccalauréat.

La recomposition du paysage syndical conduit à des regroupements d'appareils.
Laissons cela aux autres.
La Fédération des syndicats Sud Education est favorable à l'unité syndicale la plus
large
à la base et dans les luttes.

Mais nous ne participerons pas à des rapprochements bureaucratiques :
les appareils ont des int
érêts qui sont absolument opposés
à
ceux du mouvement social.


Saint Denis le 26 juin 2009

_________________
[b:fec2]avec des amis comme ca on a pas besoin d'ennemis![/b:fec2]
http://vilainmatou.over-blog.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://www.scalp86.positifforum.com
le git
gaucho baroudeur...
avatar

Nombre de messages : 230
Date d'inscription : 02/11/2008

MessageSujet: Re: La CGT en grande forme   Dim 28 Juin - 20:25

Citation :






Revenir en haut Aller en bas
manou
toto 1ere classe
avatar

Nombre de messages : 1344
Localisation : au patxoki!!!
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La CGT en grande forme   Lun 29 Juin - 17:11

Je m'interroge quand même sur la strategie du CSP 75...

_________________
la premiere volerie que je fis dans ma vie, c'est d'avoir goupillé la bourse d'un vous m'entendez, c'est d'avoir goupillé la bourse d'un curé...
Revenir en haut Aller en bas
black jack
Gloire a toi grand timonier!!!
Gloire a toi grand timonier!!!
avatar

Nombre de messages : 1069
Localisation : vous etes ici!
Date d'inscription : 01/10/2007

MessageSujet: Re: La CGT en grande forme   Lun 29 Juin - 23:22

je m'interroge sur l'attitude de sud etudiant apres la mega fusion sud/fsu/scgt
"heu on les defend ou on les tappes?"

_________________
[b:fec2]avec des amis comme ca on a pas besoin d'ennemis![/b:fec2]
http://vilainmatou.over-blog.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://www.scalp86.positifforum.com
petitjean
gaucho baroudeur...
avatar

Nombre de messages : 66
Localisation : les égouts de Nottingham
Date d'inscription : 05/07/2009

MessageSujet: Re: La CGT en grande forme   Dim 5 Juil - 15:37

Bonjour, c'est mon premier post ici mais certain-e-s me reconnaîtront peut-être (gnihihi) ?
Cette affaire répugnante a au moins le mérite de clarifier les choses sur les dérives d'organisations s'autoproclamant représentantes de "la masse".
La CGT ne fait que suivre sa logique de partenaire sociale du gouvernement, elle qui accepte de bricoler dans le cadre de la loi CESEDA pour se donner des petits pouvoirs, et qui au sein des commissions tripartites, contribue à légitimer le fait de faire le tri entre bons et mauvais sans-papiers...

Pour rigoler un brin, je conseille aussi de lire LO dans le texte...

http://www.lutte-ouvriere-journal.org/?act=artl&num=2135&id=12

Certains oublient que les adversaires sont Besson et Sarkozy

Depuis les grèves pour la régularisation des sans-papiers, certains militants se réclamant de l'extrême gauche critiquent vivement la politique de la CGT vis-à-vis de ceux-ci. Ils prétendent qu'elle ne défend que ses grévistes, qu'elle laisse tomber tous les autres sans-papiers et qu'elle est complice de la politique d'immigration « choisie » de Sarkozy en ne demandant la régularisation que des travailleurs utiles au patronat.

Dans la foulée, l'intervention de la CGT pour récupérer ses locaux, sans faire appel à la police, a déchaîné des réactions plus ou moins haineuses. Cela va de : « Au moment où l'expulseur de sans-papiers Brice Hortefeux arrive au ministère de l'Intérieur, cette décision de la CGT n'est pas acceptable » (NPA), sans expliquer ce qu'il aurait fallu faire. Jusqu'à dénoncer « la CGT, auxiliaire armé de Hortefeux, coupable de ratonnades et de discrimination raciale » (CNT-25). Les Verts se sont joints à ces protestations. Et la Coordination des sans-papiers à Paris (CSP-75) a malheureusement repris ces calomnies à son compte.

Ces insultes sont inacceptables alors que des centaines de militants de la CGT ont souvent été en première ligne pour défendre le droit des travailleurs immigrés avec ou sans papiers, et que leur confédération, il faut le reconnaître, a assumé la responsabilité de grèves pour leur régularisation.

Du côté de la presse, certains journaux n'ont pas été en reste. On a ainsi vu Le Figaro s'indigner de l'évacuation sans ménagement des sans-papiers de la Bourse du Travail par la CGT, un journal qui d'habitude n'écrit bien entendu pas une ligne pour s'indigner des dizaines de milliers d'expulsions de sans-papiers hors de France, effectuées manu militari par ses amis du gouvernement !

L.B.
Revenir en haut Aller en bas
black jack
Gloire a toi grand timonier!!!
Gloire a toi grand timonier!!!
avatar

Nombre de messages : 1069
Localisation : vous etes ici!
Date d'inscription : 01/10/2007

MessageSujet: Re: La CGT en grande forme   Dim 5 Juil - 15:41

petitjean a écrit:
Bonjour, c'est mon premier post ici mais certain-e-s me reconnaîtront peut-être (gnihihi) ?
bah tu peux toujours te presenter

Citation :
Pour rigoler un brin, je conseille aussi de lire LO dans le texte...
sympa la source, c'est assumé comme lecture?

_________________
[b:fec2]avec des amis comme ca on a pas besoin d'ennemis![/b:fec2]
http://vilainmatou.over-blog.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://www.scalp86.positifforum.com
petitjean
gaucho baroudeur...
avatar

Nombre de messages : 66
Localisation : les égouts de Nottingham
Date d'inscription : 05/07/2009

MessageSujet: Re: La CGT en grande forme   Dim 5 Juil - 15:51

Non LO c'est pas trop ma came... Laughing
J'ai chopé cet "article" au détour d'une discussion sur un autre forum... j'ai trouvé ça si drôle que je me suis dit que ça vous plairait.
Revenir en haut Aller en bas
le git
gaucho baroudeur...
avatar

Nombre de messages : 230
Date d'inscription : 02/11/2008

MessageSujet: Re: La CGT en grande forme   Dim 26 Juil - 18:32

voila quand les nervis de la cgt bossent ce que ca donne....


photo 1
photo 2
Revenir en haut Aller en bas
petitjean
gaucho baroudeur...
avatar

Nombre de messages : 66
Localisation : les égouts de Nottingham
Date d'inscription : 05/07/2009

MessageSujet: Re: La CGT en grande forme   Dim 26 Juil - 21:09

Dans un autre registre, la centrale de la cégète trouvait aussi, le 22 juillet l'initiative gazière des New-Fabris "contre-productive"... goûtons ce communiqué Reuters :

PARIS (Reuters) - Le syndicat CGT estime qu'il est contre-productif de détruire les instruments de travail pour obtenir de fortes indemnités de licenciement au moment où cette pratique se répand en France.
Très discrète depuis que les salariés de Nortel et New Fabris ont placé des bonbonnes de gaz dans les usines, tandis que d'autres détruisaient des machines, la CGT rappelle que d'autres combats sociaux ont été gagnés sans menaces et autour de projets industriels soutenus par "la force syndicale".
"Ces combats pour les indemnités de départ (...) ne résolvent en rien les problèmes de fond", écrit le syndicat dans un communiqué alors que les salariés de plusieurs entreprises ont menacé en juillet de faire sauter leurs usines ou machines.
Le syndicat dit sa préférence pour le maintien des emplois et "la reconquête industrielle" par rapport à l'obtention de primes de licenciement supérieures aux obligations légales.
Pour autant, la CGT dit comprendre "le désespoir qui gagne les salariés" face au "manque de dialogue social dans les entreprises".
Clément Guillou, édité par Gilles Trequesser

http://fr.reuters.com/article/topNews/idFRPAE56L0NG20090722

On a l'impression d'écouter le playmobil de l'express dans ses tirades mensongères contre le sabotage de l'outil de travail...

Pouget, où es-tu ? Evil or Very Mad

Allez, pour se faire plaisir : http://kropot.free.fr/Pouget-Sabottage.htm
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La CGT en grande forme   

Revenir en haut Aller en bas
 
La CGT en grande forme
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Colloque sur l'histoire de la grande pêche.
» Grande Tétée 2010 - Lyon
» Opération de police de grande ampleur à Villiers-le-Bel
» salon forme, mode et beauté à Dijon
» Charia en Grande-Bretagne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Collectif de Révolte Anti-Capitaliste Poitiers :: evenements militants :: évènements militants-
Sauter vers: