AccueilPortail*FAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Massacre a Gaza

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Wesh
vieux de la vieille
avatar

Nombre de messages : 432
Date d'inscription : 04/05/2008

MessageSujet: Re: Massacre a Gaza   Mar 6 Jan - 14:33

Bon, Rassemblement AUJOURD HUI 18H PREFECTURE
J'ai fait une grosse banderolle pour les libertaires mais il faudra du monde derrière !!!
Revenir en haut Aller en bas
Wesh
vieux de la vieille
avatar

Nombre de messages : 432
Date d'inscription : 04/05/2008

MessageSujet: Re: Massacre a Gaza   Mer 7 Jan - 0:14

Comité Poitevin France Palestine A Gaza, c'est l'Humanité qu'on assassine !
Rassemblement 10 janvier 2009
Plus de 600 morts et des milliers de blessés. Le carnage ne cesse de s'amplifier et le bilan de s'alourdir à
Gaza. Enfermés dans 360 km², cernés par mer, air, terre, les Palestiniens sont pilonnés sans répit, en direct
sous nos yeux, dans une des opérations les plus ignominieuses dont l'humanité aura à répondre.
C'est Israël qui agresse et qui tue et c'est le Hamas qu'on accuse !
C'est Israël qui assiège et affame et c'est le Hamas qu'on accuse !
C'est Israël qui viole le Droit et les Conventions internationales et humanitaire et c'est le Hamas qu'on
accuse !
Comment ne pas être révoltés par une telle injustice, une telle manipulation ?
Le Président Sarkozy et son ministre Kouchner orchestrent cette propagande et rendent le Hamas
responsable de la situation. Ils avaient déjà préparé le terrain et donné leur accord à l'intervention en
construisant une Union pour la Méditerranée sur mesure pour Israël, en faisant, contre l'avis du Parlement
européen, seule instance élue, accepter le renforcement de la coopération entre l'Union européenne et Israël
et en recevant Tzipi Livni, la Ministre israélienne des Affaires étrangères, alors même que les
bombardements aériens faisaient rage sur Gaza. Et ils continuent leur sale besogne en venant réclamer sur
place une trêve de la part du Hamas sans sanction pour Israël.
Aujourd'hui que les manifestations d'indignation se multiplient dans le monde entier, la machine de
propagande des défenseurs d'Israël fonctionne à plein régime.
A Gaza tout d'abord, où l'armée israélienne largue des milliers de tracts appelant les Palestiniens à collaborer
avec Israël, à dénoncer les résistants et à fuir. Mais à fuir où puisque toutes les frontières sont fermées ?
Mais aussi chez nous, en France. Déjà, avant même le début des offensives militaires, un grand nettoyage
avait été fait parmi les journalistes jugés trop favorables aux Palestiniens. Richard Labévière et Alain
Ménargue de Radio France Internationale, Siné de Charlie Hebdo, Daniel Mermet de France Inter, Ulysse
Gossey de France 24, Charles Enderlin de France 2, en ont fait les frais et ont pour la plupart d'entre eux
perdu leur poste. Pour ne pas parler de tous ceux qui se taisent pour ne pas avoir d'ennui.
Et dimanche dernier, à l'appel du CRIF, organisation communautaire juive, se sont mobilisés les Français
dont le coeur bat pour Israël. Le Grand Rabin de France, Gilles Bernheim, le Grand Rabin de Paris, David
Messas, le Président du Consistoire central, Joël Mergui, tous ces gens qui dirigent des communautés
religieuses juives ont pris tour à tour la parole pour défendre et justifier l'agression israélienne. Leur
objectif ? Entraîner tous les Juifs de France derrière la bannière israélienne et taxer d'antisémitisme les
défenseurs de la cause palestinienne. La méthode n'est certes pas nouvelle mais elle n'en demeure pas
moins abjecte. Mais elle ne nous fera pas taire ! En outrepassent leur rôle, ce sont ces instances religieuses
qui importent le conflit en France.
La Communauté internationale est liée par les résolutions et les Conventions internationales. Et le Droit
international est censé s'imposer à tous. Quand un Etat le viole, il doit être mis au ban des nations et toutes
les relations avec lui doivent être stoppées immédiatement.
C'est pourquoi haut et fort nous crions :
- qu'Israël est un Etat assassin dont les dirigeants doivent être conduits devant un Tribunal pénal
international
- que nous refusons que notre Etat nous entraîne, de par sa prise de position, dans sa folie meurtrière
- que nous exigeons l'arrêt de toute relation et toute coopération avec Israël sous quelque forme que ce soit
- que les Palestiniens n'ont pas à payer le prix de la concurrence électorale israélienne
- que ce conflit n'est pas un conflit religieux mais conflit colonial
- que nous ne confondons pas Juif et Israélien
- que si la résistance palestinienne prend cette forme aujourd'hui, c'est que tout a été fait par Israël, les
Etats-Unis, le Quartet, pour qu'il en soit ainsi en refusant de négocier quand cette résistance était dirigée par
un mouvement laïc
- que nous soutenons la résistance palestinienne sous toutes ses formes.
Il est temps pour ceux qui ont installé le Hamas en Palestine de discuter avec lui.
Rassemblement samedi 10 janvier 2009 à 15 heures
devant le Palais de justice

suivi d'un débat public à 16 heures 30 salle Thimbaud, rue Saint Paul.
Revenir en haut Aller en bas
Haymarket
toto 1ere classe


Nombre de messages : 521
Date d'inscription : 23/02/2008

MessageSujet: Re: Massacre a Gaza   Mer 7 Jan - 18:34


_________________
"Le réformisme n’est pas, à proprement parler, idiot, mais impossible : moins la prison punit, moins elle répond à sa vocation. Reprocher à la prison d’être trop pénible, c’est reprocher à un hôpital de trop bien soigner."
Revenir en haut Aller en bas
Wesh
vieux de la vieille
avatar

Nombre de messages : 432
Date d'inscription : 04/05/2008

MessageSujet: Re: Massacre a Gaza   Sam 10 Jan - 15:46

Rassemblement Palais de Justice 15H ce samedi
suivi d'un débat organisé Salle Timbault à 16h30
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Massacre a Gaza   Lun 12 Jan - 2:22

Ca faisait longtemps qu'on avait pas eu un meeting politique comme ça a poitiers... La ligue et le PC on été bidon pour moi, france palestine a fait un très bon exposé (défendant trop le hamas pour moi mais bon) et le POI s'en est bien tiré (avec un brin de démagogie sachant le public présent). Sinon je dirai bonne manif quand même, et ce dans toute la france.
Revenir en haut Aller en bas
Wesh
vieux de la vieille
avatar

Nombre de messages : 432
Date d'inscription : 04/05/2008

MessageSujet: Re: Massacre a Gaza   Lun 12 Jan - 4:00

D'accord avec ce constat, mais j'ajouterai que le debat prévu initialement n'a vraiment pas été mené et ce que je trouve dommage !
Revenir en haut Aller en bas
Haymarket
toto 1ere classe


Nombre de messages : 521
Date d'inscription : 23/02/2008

MessageSujet: Re: Massacre a Gaza   Lun 12 Jan - 15:59

un bon article a mon sens trouvé sur bakchich

Citation :
Après Gaza, la « Grande Expulsion » ?



Chronique du Blédard / lundi 12 janvier



par
Akram Belkaïd












Funeste
loi qui se vérifie sans que l’opinion publique mondiale puisse
grand-chose contre cela : Israël peut tuer des civils palestiniens à
volonté sans rien craindre de personne…



C’est
une funeste loi qui se vérifie de manière récurrente sans que l’opinion
publique mondiale puisse grand-chose contre cela : Israël peut tuer des
civils palestiniens à volonté sans rien craindre de personne et surtout
pas des pays arabes dont les dirigeants sont prêts à se battre pour la
Palestine jusqu’au dernier Palestinien… Ce pays possède la bombe
atomique et l’armée la plus puissante et la plus aguerrie de tout le
Proche-orient et de l’ouest du bassin méditerranéen. Cela lui procure
un vertige qui confine à l’ivresse et qui le conduira fatalement à
d’autres aventures militaires et d’autres tueries de civils
palestiniens voire arabes.


Quoique prétende le pitoyable André Glucksmann, ancien
héraut des éradicateurs algériens et partisan de l’intervention
américaine en Irak, c’est bien de la disproportion des moyens de
destruction mis en œuvre par Israël pour mater le Hamas dont il est
question [1].
Le bilan parle de lui-même : des centaines de civils morts et plusieurs
milliers de blessés côté palestinien contre un nombre vingt fois
inférieur chez les Israéliens. Cette comptabilité macabre démontre bien
qu’il ne s’agit pas d’une guerre classique où chaque camp aurait les
moyens d’infliger des pertes substantielles à son ennemi.


Un mort palestinien n’aura jamais la même valeur qu’un mort israélien





Cela fait longtemps que les défenseurs d’Israël ont
affûté leur rhétorique pour systématiquement relativiser le nombre de
victimes palestiniennes (ou libanaises) à chaque fois que les armes
israéliennes ont parlé. Déjà, durant l’invasion du Liban en 1982,
pareil discours avait été tenu tout comme lors de la première intifada
où, face au nombre sans cesse grandissant de « chababs » abattus,
certains tentaient de faire diversion en insistant sur l’inconscience
de leurs mères, coupables, selon eux, de les encourager à affronter des
engins blindés à coup de pierres.


Pour ces propagandistes, et quoiqu’ils prétendent en
nous servant leurs trémolos humanistes, un mort palestinien n’aura
jamais la même valeur qu’un mort israélien. Cela vaut aussi pour les
dirigeants de l’Etat hébreu, dont certains ont déclenché cette guerre
avec d’évidentes arrière-pensées électorales. Les entendre sur CNN
s’apitoyer sur les pauvres civils palestiniens que leur armée vient
d’étriper est surréaliste. Et bien entendu, Glucksmann et ses amis vont
nous expliquer que si des civils meurent, c’est parce que les
combattants du Hamas les utilisent comme boucliers humains, vieille
rengaine qui a toujours servi à discréditer les Palestiniens et les
Libanais.

La tentation du pire




Je ne fais pas partie de ceux qui défendent le Hamas
même si je comprends qu’un peuple encagé depuis plus de soixante ans,
comme l’est celui de Gaza, puisse décider, par épuisement et manque de
perspectives, de gâcher à n’importe quel prix le quotidien de son
geôlier et cela y compris par le biais d’une stratégie suicidaire. Dans
le rapport de force qui existe dans la région, et au vu de la
pusillanimité des voisins arabes, les tirs de roquettes contre Israël
ne peuvent qu’être improductifs et déboucher fatalement sur une
boucherie. Pour autant, s’en prendre à tout un peuple comme le font les
Israéliens – et cela à l’abri de tout regard médiatique - est
inacceptable et criminel.


Que peut-on anticiper de cette nouvelle guerre ? La
direction actuelle du Hamas va certainement être décapitée mais est-ce
que cela apportera pour autant la paix dans la région et surtout la
justice pour les Palestiniens ? La réponse est bien entendu négative.
Chaque jour qui passe, voit la perspective d’un Etat palestinien
s’éloigner. Gaza n’est qu’un bantoustan, une réserve pour peaux-rouges.
La Cisjordanie est à peine mieux lotie. Criblée de colonies, tailladée
par le mur de séparation et les routes réservées aux colons, c’est un
gruyère qui n’a plus rien à voir avec ce qu’étaient ses frontières de
1967. Et ces deux territoires ont un point commun : ils sont devenus
les terrains d’entraînement préférés des généraux israéliens.

© Pakman




Cette impasse pousse certains intellectuels
palestiniens à se rabattre sur l’idée d’un seul Etat binational, à
l’image de ce que défendait feu Edward Saïd. Prudemment, ils explorent
l’idée de réclamer de devenir des citoyens israéliens avec les mêmes
droits et les mêmes devoirs. Cette piste est bien entendu combattue à
la fois par les régimes arabes (comment se passeraient-ils de l’alibi
palestinien !) et par le gouvernement israélien. Mais tout cela n’est
que conjectures. Peut-être même est-il déjà trop tard et l’on peut se
demander si quelque chose d’autre, de plus terrible, ne s’est pas mis
en branle depuis le dérapage du processus d’Oslo, lequel dérapage,
rappelons-le, a débuté avec l’assassinat de Rabin par un terroriste
israélien.

Quid de la communauté internationale ?




Les intellectuels arabes sont souvent accusés de
duplicité vis-à-vis d’Israël. Feignant de s’être fait une raison quant
à l’existence de l’Etat hébreu, ils continueraient à espérer en silence
sa destruction. A l’opposé, mais on en parle moins, il y a cette
tentation du pire que l’on sent poindre de temps à autre dans les
propos et les attitudes des dirigeants israéliens. Qui peut jurer
aujourd’hui que l’expulsion des Palestiniens des Territoires à la suite
d’une crise plus grave est impossible ? Qui peut affirmer que ce qui se
passe à Gaza ne se passera pas demain en Cisjordanie, avec, au bout du
compte, des dizaines de milliers de Palestiniens obligés de fuir vers
le Nord ou vers l’Ouest sachant qu’ils ne pourront plus jamais revenir
comme jadis leurs grands-parents ?


Les Arabes s’opposeraient-ils à cette « Grande
expulsion » ? Soyons sérieux. Tous, à l’exception des Libanais, sont
pétrifiés à l’idée de se colleter un jour avec les Israéliens. L’Iran ?
On connaît les gesticulations antisémites de son président mais on
connaît aussi le réalisme et le pragmatisme du clergé chiite et des
grandes fortunes iraniennes, qu’elles soient récentes ou non. La
communauté internationale ? Oublions les Etats-Unis, même présidés par
Obama. L’Europe ? Elle vient de démontrer sa duplicité en relevant le
niveau de sa coopération avec Tel-Aviv alors que les turbines des
chasseurs-bombardiers israéliens sifflaient déjà.
La vérité, est que les Palestiniens sont seuls malgré le soutien des
opinions publiques arabes et d’ailleurs. Etre accablé par le calvaire
qu’ils vivent aujourd’hui est naturel mais on le serait encore plus en
réfléchissant au pire du pire qui les attend.

_________________
"Le réformisme n’est pas, à proprement parler, idiot, mais impossible : moins la prison punit, moins elle répond à sa vocation. Reprocher à la prison d’être trop pénible, c’est reprocher à un hôpital de trop bien soigner."
Revenir en haut Aller en bas
le git
gaucho baroudeur...
avatar

Nombre de messages : 230
Date d'inscription : 02/11/2008

MessageSujet: Re: Massacre a Gaza   Mar 13 Jan - 3:38

Citation :
Guerre et gaz naturel : Invasion israélienne et gisements gaziers au large de Gaza
samedi 10 janvier 2009 (17h24)




Guerre et gaz naturel : Invasion israélienne et gisements gaziers au large de Gaza

Global Research, Michel Chossudovsky, 8 janvier 2009





L’invasion
militaire de la Bande de Gaza par les forces israéliennes, est en
relation directe avec le contrôle et la possession de réserves
stratégiques de gaz offshore.




Il s’agit d’une guerre de conquête. Découvertes en 2000, d’immenses réserves de gaz gisent au large de la côte de Gaza.




Des
droits d’exploitation gazière et pétrolière de 25 ans, signés en
novembre 1999 avec l’Autorité Palestinienne (PA), ont été accordés à British Gas (BG Group) et à son partenaire d’Athènes, Consolidated Contractors International Company (CCC), propriété du Liban et de la famille Sabbagh Koury.




Les
droits sur le gaz offshore se montent respectivement à 60 pour cent
pour BG, 30 pour cent pour CCC, et 10 pour cent pour le Fonds
d’investissement de l’Autorité Palestinienne (Haaretz, 21 octobre 2007).




L’accord
PA-BG-CCC inclue l’aménagement des gisements et la construction d’un
gazoduc. (Middle East Economic Digest, 5 janvier 2001).




La
licence de BG couvre la totalité de la zone maritime au large de Gaza,
laquelle est contiguë à plusieurs installations gazières offshore
israéliennes. (Voir la carte ci-dessous). Il convient de noter que 60
pour cent des réserves gazières le long de la côte de Gaza et d’Israël
appartiennent à la Palestine.




BG
Group a foré deux puits en 2000 : Gaza Marine-1 et Gaza Marine-2.
British Gas estime que les réserves sont de l’ordre de 1,4 billions de
pieds cubes (plus de 39 milliards de m3), évaluées à environ 4
milliards de dollars. Ce sont les chiffres publiés par British Gas. La
taille des réserves de gaz palestiniennes pourraient être bien plus
importantes.




Carte 1




Qui est propriétaire des gisements gaziers




La
question de la souveraineté sur les gisements gaziers de Gaza est
cruciale. Du point de vue juridique, les réserves de gaz appartiennent
à la Palestine.




La
mort de Yasser Arafat, l’élection du Hamas au gouvernement et la
débâcle de l’Autorité Palestinienne ont permis à Israël d’établir un
contrôle de facto sur les réserves de gaz offshore de Gaza.




British
Gas (BG Group) a eu à traiter avec le gouvernement de Tel-Aviv. De son
côté, le gouvernement du Hamas a été court-circuité en ce qui concerne
l’exploration et la reconnaissance des droits sur les gisements gaziers.




L’élection
du Premier Ministre Ariel Sharon en 2001 fut un tournant majeur. La
souveraineté de la Palestine sur les gisements de gaz offshore fut
contestée à la Cour Suprême israélienne. Sharon déclara sans ambiguïté
qu’« Israël n’achèterait jamais de gaz à la Palestine, » laissant
entendre que les réserves gazières au large de Gaza appartiennent à
Israël.




En
2003, Ariel Sharon opposa son veto à un premier accord, qui aurait
permis à British Gas d’alimenter Israël en gaz naturel des réserves
offshore de Gaza. (The Independent, 19 août 2003).




La
victoire électorale du Hamas en 2006 a favorisé la fin de l’Autorité
Palestinienne, qui est devenue confinée à la Cisjordanie, sous mandat
du régime de Mahmoud Abbas.




En
2006, British Gas « a été à deux doigts de signer un accord de pompage
de gaz pour l’Égypte. » (Times, 28 mai 2007). Selon les rapports, le
Premier Ministre britannique Tony Blair est intervenu pour le compte
d’Israël pour faire capoter l’accord avec l’Égypte.




L’année
suivante, en mai 2007, le Cabinet israélien a approuvé une proposition
du Premier Ministre Ehud Olmert, « d’acheter du gaz à l’Autorité
Palestinienne. » Le contrat proposé était de 4 milliards de dollars,
avec des bénéfices de l’ordre de 2 milliards de dollars, dont un
milliard pour les Palestiniens.




Toutefois,
Tel-Aviv n’avait pas l’intention de partager les revenus avec la
Palestine. Une équipe de négociateurs israéliens a été constituée par
le Cabinet israélien pour arriver à un accord avec le BG Group en
court-circuitant à la fois le gouvernement du Hamas et l’Autorité
Palestinienne :




Les
autorités de la défense israéliennes veulent que les Palestiniens
soient payées en biens et en services, et insistent sur le fait
qu’aucun argent ne doit aller au gouvernement contrôlé par le Hamas.
(Ibid).




L’objectif
était avant tout de rendre caduc le contrat signé en 1999 sous Yasser
Arafat entre BG Group et l’Autorité Palestinienne.




Dans
le cadre de l’accord avec BG proposé en 2007, le gaz palestinien des
réserves au large de Gaza devait être acheminé par un gazoduc
sous-marin vers le port israélien d’Ashkelon, transférant de cette
façon le contrôle sur la vente du gaz naturel à Israël.




L’accord a échoué. Les négociations ont été suspendues :




Meir
Dagan, le chef du Mossad, s’est opposé à l’opération pour raison
sécuritaire, prétextant que cela pourrait financer le terrorisme
(Membre de la Knesset Gilad Erdan, allocution à la Knesset sur «
L’intention du Vice-Premier Ministre Ehud Olmert d’acheter du gaz aux
Palestiniens alors que le paiement servira le Hamas, » 1er mars 2006,
cité dans l’article du lieutenant-général (à la retraite) Moshe Yaalon,
Does the Prospective Purchase of British Gas from Gaza’s Coastal Waters Threaten Israel’s National Security? Jerusalem Center for Public Affairs, octobre 2007)




L’intention
d’Israël était d’empêcher que de possibles redevances soient payées aux
Palestiniens. En décembre 2007, Le BG Group s’est a retiré des
négociations avec Israël, et, en Janvier 2008, il a fermé son bureau en
Israël. (site
Internet de BG
).




Le plan d’invasion à l’étude




Selon
des sources militaires israéliennes, le projet d’invasion de Gaza dans
le cadre de l’« Opération Cast Lead » a été mis en branle en juin 2008 :




Des
sources dans le personnel de la défense ont déclaré que le Ministre de
la Défense Ehud Barak a chargé les Forces de la Défense Israéliennes de
se préparer à l’opération il y a plus de six mois [juin ou avant juin],
bien qu’Israël ait commencé à négocier un accord de cessez-le-feu avec
le Hamas. (Barak Ravid, Operation "Cast Lead" : Israeli Air Force strike followed months of planning, 27 décembre 2008).




Ce
même mois, les autorités israéliennes ont pris contact avec British
Gas, dans le but de reprendre des négociations cruciales sur l’achat du
gaz naturel de Gaza :




À
la fois le directeur général du Ministère des Finances, Yarom Ariav, et
le directeur général du Ministère des Infrastructures Nationales, Hezi
Kugler, ont convenu d’informer BG du souhait d’Israël de renouer les
pourparlers.




Les
sources ont rajouté que BG n’a pas encore officiellement répondu à la
demande d’Israël, mais que des cadres de l’entreprise pourraient sans
doute aller quelques semaines en Israël pour des conversations avec
certains fonctionnaires du gouvernement. Globes online-Israel’s
Business Arena, 23 juin 2008)




La
décision d’accélérer les négociations avec British Gas (BG Group)
coïncidait chronologiquement à la planification de l’invasion de Gaza,
amorcée en juin. Il semblerait qu’Israël était soucieux de parvenir à
une entente avec BG Group avant l’invasion, qui était déjà à un stade
de préparation avancée.




Et
qui plus est, ces négociations avec British Gas ont été conduites par
le gouvernement Ehud Olmert qui savait que l’invasion militaire était à
l’étude. Selon toute vraisemblance, un nouvel arrangement
politico-territorial « d’après-guerre » a aussi été envisagée par le
gouvernement israélien pour la Bande de Gaza.




En
fait, les négociations entre British Gas et les responsables israéliens
étaient en cours en octobre 2008, 2 à 3 mois avant le début des
bombardements du 27 décembre.




En
novembre 2008, le Ministère israélien des Finances et le Ministère
chargé des Infrastructures Nationales ont ordonné à Israel Electric
Corporation (IEC) d’engager des négociations avec British Gas, pour
l’achat de gaz naturel provenant de la concession de BG au large de
Gaza. (Globes, 13 novembre 2008).




Yarom
Ariav, directeur général du Ministère des Finances, et Hezi Kugler,
directeur général du Ministère des Infrastructures Nationales, ont
écrit récemment à Amos Lasker, chef de la direction d’IEC, l’informant
de la décision du gouvernement de permettre aux négociations d’aller de
l’avant, conformément à la proposition cadre approuvée plus tôt cette
année.




Il
y a quelques semaines, le conseil d’administration d’IEC, dirigé par le
président Moti Friedman, a approuvé les principes de la proposition
cadre. Les pourparlers avec BG Group commenceront dès que le conseil
d’administration approuvera l’exemption pour l’offre. (Globes, 13
novembre 2008)




Gaza et la géopolitique de l’énergie




L’occupation
militaire de Gaza a pour but de transférer la souveraineté des
gisements gaziers à Israël, en violation du droit international.




À quoi pouvons-nous nous attendre suite à l’invasion ?




Quelle est l’intention d’Israël en ce qui concerne le gaz naturel de la Palestine ?




Un
nouvel arrangement territorial, avec le stationnement de troupes
israéliennes et/ou la présence de « forces de maintien de la paix » ?




La militarisation de la totalité du littoral de Gaza, lequel est stratégique pour Israël ?




La
confiscation pure et simple des gisements gaziers palestiniens et la
déclaration unilatérale de la souveraineté israélienne sur les zones
maritimes de la bande de Gaza ?




Si
cela devait arriver, les gisements gaziers de Gaza seraient intégrées
aux installations offshore d’Israël, qui sont adjacentes. (Voir la
carte 1 ci-dessus).




Ces
diverses installations offshore sont aussi reliées au couloir de
transport énergétique d’Israël, qui se prolonge jusqu’au port d’Eilat,
le port maritime terminal de l’oléoduc sur la Mer Rouge, au terminal du
pipeline à Ashkelon, vers Haïfa au nord, et se rattachant
éventuellement grâce à un pipeline israélo-turc en projet au port turc
de Ceyhan.




Ceyhan
est le terminal du pipeline Trans-Caspien Bakou, Tbilissi Ceyhan (BTC).
« Ce qui est envisagé, c’est de relier le pipeline BTC au pipeline
Trans-Israel Eilat-Ashkelon, aussi connu sous le nom d’Israel’s
Tipline. » (Voir Michel Chossudovsky, The War on
Lebanon and the Battle for Oil
, Global Research, 23 juillet 2006).





Revenir en haut Aller en bas
Revoltaire
vieux de la vieille
avatar

Nombre de messages : 310
Date d'inscription : 13/11/2007

MessageSujet: Re: Massacre a Gaza   Mar 13 Jan - 4:58

Revenir en haut Aller en bas
Haymarket
toto 1ere classe


Nombre de messages : 521
Date d'inscription : 23/02/2008

MessageSujet: Deux lycéens agressés par des militants extrémistes pro-Isra   Mer 14 Jan - 3:24

LE MONDE|13.01.09|14h39 a écrit:
Trois élèves du lycée Janson-de-Sailly (Paris 16e)
ont été victimes d'une agression, jeudi 8 janvier, devant leur
établissement. Les lycéens, âgés de 15 et 17 ans, d'origine maghrébine,
ont été roués de coups par des jeunes gens venus distribuer des tracts
pour La Ligue de défense juive (LDJ), une organisation extrémiste
interdite aux Etats-Unis et en Israël. Les familles des victimes ont
déposé plainte pour "violences volontaires en réunion à caractère raciste". "Les agresseurs ne sont pas identifiés et l'enquête est en cours", a indiqué une porte-parole du procureur."J'attendais mon cousin devant le lycée, quand j'ai vu les jeunes
lui donner un tract. Moi je l'ai refusé. Mon cousin l'a mis à la
poubelle et ils lui ont demandé "Pourquoi tu le jettes ?"",
explique M., l'un des deux lycéens agressés. "Et
comme je m'approchais, ils m'ont mis un coup de genou au bas ventre et
un coup à l'arcade sourcilière. Puis deux se sont attaqués à mon
cousin. Après, quelqu'un a dit "Y'a les flics", et ils sont partis"
, poursuit-il. "Quand je suis arrivée au lycée, les policiers étaient sur place avec le tract en question", raconte sa mère. "Comme par hasard ce sont les deux jeunes un peu typés qui ont été tabassés", déplore-t-elle. Le tract signé LDJ appelle le "jeune juif à défendre la communauté juive face aux agressions antisémites".Cet incidentsurvenu deux jours avant les manifestations en faveur des Palestiniens "n'a toujours pas été condamné par les autorités",
déplore le président de l'Association des victimes d'injustice, saisie
par les parents des deux victimes. Cette association, présidée par Rachid Nekkaz, fugace candidat à la présidentielle de 2007, entend réclamer la poursuite des auteurs et l'interdiction de la LDJ. "Quand
une synagogue est attaquée, tout le monde réagit, et c'est très bien.
Les Français d'origine maghrébine doivent bénéficier du même traitement
en termes politiques"
, juge-t-il. A l'issue de la
manifestation en soutien à Israël, le 4 janvier, huit personnes avaient
été interpellées en possession illégale d'armes. Stéphanie Le Bars

_________________
"Le réformisme n’est pas, à proprement parler, idiot, mais impossible : moins la prison punit, moins elle répond à sa vocation. Reprocher à la prison d’être trop pénible, c’est reprocher à un hôpital de trop bien soigner."
Revenir en haut Aller en bas
Haymarket
toto 1ere classe


Nombre de messages : 521
Date d'inscription : 23/02/2008

MessageSujet: Re: Massacre a Gaza   Mer 14 Jan - 3:33

La LDJ condamne cette agression, et affirme qu'ils ne sont pas violents flower

Seulement voila, quand on y regarde de plus près, et rien que sur Wikipedia...
Qu'est que la LDJ?


_________________
"Le réformisme n’est pas, à proprement parler, idiot, mais impossible : moins la prison punit, moins elle répond à sa vocation. Reprocher à la prison d’être trop pénible, c’est reprocher à un hôpital de trop bien soigner."
Revenir en haut Aller en bas
Haymarket
toto 1ere classe


Nombre de messages : 521
Date d'inscription : 23/02/2008

MessageSujet: Re: Massacre a Gaza   Mer 14 Jan - 13:04


_________________
"Le réformisme n’est pas, à proprement parler, idiot, mais impossible : moins la prison punit, moins elle répond à sa vocation. Reprocher à la prison d’être trop pénible, c’est reprocher à un hôpital de trop bien soigner."
Revenir en haut Aller en bas
le git
gaucho baroudeur...
avatar

Nombre de messages : 230
Date d'inscription : 02/11/2008

MessageSujet: Re: Massacre a Gaza   Jeu 15 Jan - 2:44

Citation :




À Gaza comme ailleurs...










De
Gaza en Palestine à Nasiriya en Iraq, du Kivu au Congo à Grozny en
Tchétchénie, les massacres de milliers d’êtres humains sont quotidiens.
Sous les différentes formes qu’il prend aux quatre coins du monde, ce
système capitaliste et autoritaire dévaste des zones entières par la
famine, la privation, la pollution, la guerre. Qu’ils servent à fixer
la main d’œuvre ou à la déporter, les camps sont désormais la condition
de millions de personnes : camps de réfugiés, zones franches, centres
de déportation, bidonvilles…


Comme à Gaza, ce camp bombardé et encerclé par l’armée israélienne ;
dominé par les autorités religieuses, nationalistes ; soumis à la
misère et au désespoir. Opposer une logique de guerre contre tout un
«peuple» à la terreur de l’État israélien ne sert qu’à faire oublier
aux rejetés de Gaza comme aux exploités de Tel Aviv qu’il ne leur reste
qu’une possibilité pour s’en sortir : se battre contre toute autorité,
que ce soit celle de l’uniforme du soldat israélien ou du policier
palestinien, de la camisole religieuse — ce vieil ennemi de la liberté
—, du costume des capitalistes démocratiques et des usuriers qui, dans
les camps comme ailleurs, spéculent sur la misère.

Comme en Tchétchénie, où dans les décombres suite aux bombardements de
l’armée russe vient s’ajouter à la terreur de l’État russe un régime de
seigneurs de guerre.

Comme au Congo, où des affamés travaillent dans les mines de métaux
précieux aux avancées technologiques du capital et crèvent dans des
conditions d’esclavage. Ces mêmes mineurs et leurs familles sont
massacrés à coups de fusils et de machettes par des armées (officielles
ou non) qui s’y battent pour garantir les profits de leurs maîtres.
Tandis que les banques belges financent les deux partis rivaux pour
faire baisser les coûts de production.

Avec une autre intensité, mais suivant la même logique, en Europe, des
milliers d’indésirables sont raflés, incarcérés et déportés selon les
besoins de l’économie et du contrôle social. Des milliers de personnes
trouvent la mort sur leur lieu de travail ou des suites de
l’exploitation (cancers, dépressions, etc.). Dans les quartiers où les
conditions sont de plus en plus dures, il n’y a pas que la police qui
tabasse et assassine, mais aussi le développement toujours plus
accentué de la guerre entre pauvres. La logique de la concurrence règne
passant par différents rackets religieux, nationalistes ou mafieux :
s’arnaquer, se vendre de la came, s’allier au premier chef de bande
venu pour mieux survivre dans la jungle du capital où viols et autres
brutalités font partie intégrante de la misère qui rend ce monde
insupportable.

Dans ce monde, il est dans l’intérêt des puissants et des exploiteurs
que la guerre civile éclate partout… Cette guerre entre pauvres leur va
très bien, parce qu’elle fait oublier qu’une autre guerre est possible
: celle contre ce monde de fric et d’autorité et celle pour la liberté
de chacun.



Il est urgent d’opposer à la guerre entre États, entre religions, entre ethnies, la guerre sociale contre toute
exploitation et toute domination.




Désertons les guerres des États et des puissants,
refusons la guerre entre pauvres !


Armons-nous contre les manipulations nationalistes,
démocratiques et religieuses !


Attaquons ici et maintenant
tout ce qui nous rend esclaves !





Des anarchistes - Bruxelles
Revenir en haut Aller en bas
toto
vieux de la vieille
avatar

Nombre de messages : 258
Age : 31
Localisation : N e
Date d'inscription : 03/02/2008

MessageSujet: Re: Massacre a Gaza   Sam 17 Jan - 1:36

APPEL du Comité France-Palestine poitevin :



« Pour protester contrer ces horreurs commises à Gaza et exiger des sanctions contre l’Etat israélien qui les commet ! », venez nombreux au rassemblement samedi 17 janvier à 15 heures devant le Palais de justice de Poitiers.





ils y en a qui y vont ? ou pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Wesh
vieux de la vieille
avatar

Nombre de messages : 432
Date d'inscription : 04/05/2008

MessageSujet: Re: Massacre a Gaza   Dim 18 Jan - 22:04

Palestine occupée
Pas de justice, pas de paix

L’agression meurtrière contre les habitants et les habitantes de Gaza a mis en lumière la brutalité de la politique colonialiste de l’Etat d’Israël. Les massacres perpétrés contre les populations civiles s’inscrivent dans la droite ligne de la domination de tout un peuple.
La complicité des États-Unis mais aussi de l’Union européenne, et notamment de la France, par un accord d’association et une coopération militaire est évidente. Les tentatives diplomatiques pour aboutir à l’arrêt des combats ne peuvent constituer une réponse satisfaisante pour le peuple palestinien tant que durera l’occupation. L’annonce par Israël d’un « cessez-le-feu » unilatéral, tout en maintenant ses troupes et le blocus de Gaza, ne constitue pas un acte de paix, mais la poursuite par d’autres moyens de l’occupation et de la colonisation.
En Palestine comme ailleurs, il n’y aura pas de paix sans justice.
Alternative libertaire réaffirme son soutien à la lutte du peuple palestinien pour la liberté, le droit à l’autodétermination et au retour des réfugié-e-s. Nous sommes également solidaires des militantes et militants anticolonialistes israéliens et des réfractaires de l’armée israélienne.
Enfin, nous combattons tous les discours et les actes antisémites, qui ne peuvent en aucun cas relever du combat pour la solidarité avec la Palestine.
Nous appelons à poursuivre la mobilisation sur des bases anticolonialistes et internationalistes. Alternative libertaire participera aux manifestations unitaires qui se tiendront le samedi 24 janvier et appelle à une mobilisation massive.
Alternative libertaire, le 18 janvier 2009
Revenir en haut Aller en bas
Muse Xinh
apprenti gauchiste...


Nombre de messages : 19
Date d'inscription : 15/01/2008

MessageSujet: Re: Massacre a Gaza   Lun 19 Jan - 0:25

Rendez-vous le 24 janvier.

Et ci-dessous, un "petit" message dont personne n'a cru bon de parler dans les médias.

Message du Premier Ministre du gouvernement de Gaza
Israël doit stopper son agression !

par

Ismael Haniyeh

Alors
que la guerre israélienne et le blocus égyptien, financés par l’Arabie
saoudite, continuent à martyriser la population de Gaza, le Premier
ministre Ismael Haniyeh adresse ce message à l’Ouest. Au nom des 1,5
millions de personnes prisonnières dans le ghetto et soumises au
bombardement, il appelle au secours.


16 janvier 2009

Depuis
Gaza (Palestine/Israël)

J’écris cet article à destination
des lecteurs de l’Ouest, à travers tout leur spectre politique et
social, tandis que la machine de guerre israélienne continue de
massacrer mon peuple dans la bande de Gaza.

À ce jour, près de 1000 personnes ont été tuées, dont près de la moitié sont des femmes et des enfants.

La semaine dernière, le bombardement de l’école de l’UNRWA (Agence
de secours et de travaux des Nations Unies) dans le camp de réfugiés de
Jabalya a été l’un des plus odieux crimes imaginables, alors que des
centaines de civils avaient abandonné leurs foyers et cherché refuge
auprès de l’agence internationale avant d’y d’être impitoyablement
bombardés et attaqués par Israël. Quarante-six femmes et enfants ont
été massacrés dans cet attentat odieux, et de nombreuses autres
personnes ont été blessées.

Tout le monde sait que le retrait d’Israël de la bande de Gaza en
2005 n’a pas mis fin à son occupation, ni par conséquent à ses
obligations internationales en tant que puissance occupante. Il a
continué de contrôler et de dominer nos frontières terrestres,
maritimes et aériennes.

L’ONU a confirmé que entre 2005 et 2008, l’armée israélienne a tué
près de 1250 Palestiniens dans la bande de Gaza, dont 222 enfants.

Pour l’essentiel de cette période, les passages de la frontière sont
restés fermés de manière impitoyable, n’étant autorisées à passer que
des quantités limitées de nourriture, de fuel industriel,
d’alimentation pour les animaux et quelques autres articles de première
nécessité.

Malgré tous les efforts pour le dissimuler, les élections de janvier
2006 qui ont vu la victoire du Hamas avec une majorité substantielle
sont à l’origine de la guerre criminelle d’Israël contre Gaza. Ce qui
s’est ensuite produit, c’est qu’aux côtés d’Israël, les États-Unis et
l’Union européenne ont uni leurs forces dans une tentative d’annuler la
volonté démocratique du peuple palestinien.

Ils ont d’abord tenté d’inverser le résultat en faisant obstacle à
la formation d’un gouvernement d’unité nationale, puis en créant un
véritable enfer pour le peuple palestinien à travers l’étranglement
économique.

Le lamentable échec de toutes ces machinations a finalement conduit
à cette guerre odieuse. L’objectif d’Israël est de réduire au silence
toutes les voix qui expriment la volonté des Palestiniens, pour ensuite
imposer ses propres conditions pour un règlement final en nous privant
de notre terre, de notre droit à Jérusalem comme capitale de notre
futur État palestinien et en privant les réfugiés du droit de retourner
dans leurs foyers.

En fin de compte, l’état de siège imposé sur la bande de Gaza, qui
manifestement viole la quatrième Convention de Genève, a interdit la
plupart des fournitures médicales de base pour nos hôpitaux. Il a
empêché la livraison de carburant et la fourniture d’électricité à
notre population. Et en plus de toute cette barbarie, Israël leur a
refusé la nourriture et la liberté de mouvement, même pour se faire
soigner.

Cela a conduit à la mort qui aurait pu être évitée de centaines de
patients et à une hausse sans discontinuer de la malnutrition chez les
enfants.

Les Palestiniens sont consternés de voir que les membres de l’Union
européenne ne considèrent pas ce siège obscène comme une forme
d’agression. Malgré les preuves accablantes, ils affirment sans
vergogne que le Hamas est à l’origine de cette catastrophe sur le
peuple palestinien car il n’aurait pas renouvelé la trêve.

Pourtant, demandons-nous, Israël a t-il honoré les termes du
cessez-le-feu négocié sous médiation de l’Égypte en Juin ? Il ne l’a
pas fait. L’accord prévoyait une levée du siège et la fin des attaques
en Cisjordanie et dans la bande de Gaza. Alors que nous respections
totalement nos engagements, les Israéliens ont persisté dans le meurtre
de Palestiniens dans la bande de Gaza ainsi qu’en Cisjordanie, au cours
de ce qui devint connu sous le nom de l’année de la paix d’Annapolis.

Aucune des atrocités commises à l’encontre de nos écoles,
universités, mosquées, ministères et infrastructures civile ne nous
dissuadera de vouloir conquérir nos droits nationaux. Sans aucun doute,
Israël pourrait démolir toute construction dans la bande de Gaza, mais
il ne pourra jamais briser notre détermination et notre ténacité à
vouloir vivre dans la dignité sur notre terre.

Certes, si rassembler des civils dans un bâtiment pour ensuite les
bombarder ou utiliser des bombes au phosphore et des missiles ne sont
pas des crimes de guerre, alors qu’en est-il ? Combien d’autres
conventions et traités internationaux les sionistes israéliens
doivent-ils violer avant qu’il leur faille rendre des comptes ? Il n’y
a pas de capitale dans le monde d’aujourd’hui où les gens libres et
honnêtes ne sont pas indignés par cette brutale oppression.

Ni la Palestine, ni le monde ne sera le même après ces crimes.

Il n’y a qu’une seule voie à suivre. Notre condition pour un nouveau
cessez-le-feu est claire et simple. Israël doit mettre fin à sa guerre
criminelle et au massacre de notre peuple, lever totalement et sans
condition son siège illégal de la bande de Gaza, ouvrir tous nos
passages frontaliers et se retirer complètement de la bande de Gaza.

Après cela, nous considérerons les options futures.

Pour terminer, les Palestiniens sont un peuple qui lutte pour se
libérer de l’occupation et pour la création d’un État indépendant avec
Jérusalem comme capitale, et pour le retour des réfugiés dans les
villages d’où ils ont été expulsés.

Quel qu’en soit le prix, la poursuite des massacres perpétrés par
Israël ne brisera ni notre volonté, ni notre désir de liberté et
d’indépendance.



Revenir en haut Aller en bas
Revoltaire
vieux de la vieille
avatar

Nombre de messages : 310
Date d'inscription : 13/11/2007

MessageSujet: Re: Massacre a Gaza   Jeu 22 Jan - 4:59

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Massacre a Gaza   

Revenir en haut Aller en bas
 
Massacre a Gaza
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Etats-Unis : Massacre à l'université de Virginie
» BADINAGES DANS UN MASSACRE.
» Pétition : Non au massacre des baleines par les Japonais !
» Massacre de Newtown
» Massacre d'Oradour-sur-Glane

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Collectif de Révolte Anti-Capitaliste Poitiers :: evenements militants :: évènements militants-
Sauter vers: