AccueilPortail*FAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La grece brûle!!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
le git
gaucho baroudeur...
avatar

Nombre de messages : 230
Date d'inscription : 02/11/2008

MessageSujet: La grece brûle!!   Dim 7 Déc - 16:28

Citation :

Grèce : les villes s’embrasent après la mort
d
un jeune tué par un policier



Les violences entre policiers et manifestants se poursuivaient dimanche dans les principales villes grecques au
lendemain de la mort d
un adolescent de 15 ans tué par un policier lors dun incident à Athènes.


Des centaines de personnes ont manifesté pendant la nuit dans le centre d
Athènes et dans les grandes villes pour protester contre la mort dAndréas Grigoropoulos, tué par les balles
d
un policier au
cours de heurts entre des jeunes et les forces de l
ordre.

Les affrontements se poursuivaient dimanche matin à Athènes, où des
groupes de jeunes masqués jetaient des cocktails Molotov sur les forces
de police qui ripostaient par des tirs de gaz lacrymogène. Le centre d
Athènes était bouclé par la police.


L
incident qui a
provoqué la mort de l
adolescent
a eu lieu samedi vers 21H00 locales (19H00 GMT) à Exarchia, un quartier
proche des universités, au centre de la capitale grecque.

La victime appartenait à un groupe d
une trentaine de jeunes qui ont lancé des pierres et divers objets contre un véhicule transportant deux policiers. Lun deux est sorti du véhicule et a fait feu en
direction de l
adolescent, touché par trois balles.

Blessé mortellement à la poitrine, le jeune homme a été transféré dans
un hôpital situé à proximité où sa mort a été certifiée par les
médecins.


Des centaines de manifestants, pour la plupart des habitants du quartier
d
Exarchia sont
descendus dans les rues pour protester contre «l
arbitraire» des policiers, scandant des slogans contre le gouvernement de droite de Costas Caramanlis et du ministre de
l
Intérieur,
Prokopis Pavlopoulos.


Des jeunes ont allumé des feux devant des banques tandis qu
une vingtaine de voitures étaient incendiées dans le centre dAthènes, de Salonique (nord) et de Patras (sud). Selon un bilan provisoire de la
police, des dégâts ont été constatés sur les façades de 17 banques à Athènes et de 5 à Salonique, ainsi que d
autres commerces.

À Héraklion, chef-lieu de l
île
de Crète (sud), trois succursales bancaires ont été endommagées et des
cocktails Molotov ont été lancés sur la préfecture de la Canée.

À Patras (ouest), des manifestants ont jeté des engins incendiaires sur le bâtiment abritant la Direction de la police.

M. Pavlopoulos ainsi que la police ont exprimé leur «douleur profonde» face à la mort de l
adolescent et ordonné une enquête pour en définir les circonstances, confiée à trois
procureurs.


Le chef du commissariat d
Exarchia et les deux policiers impliqués dans lincident ont été suspendus, selon lAgence de presse dAthènes (semi-officielle).


Dimanche, M. Pavlopoulos a condamné ce qu
il a qualifié d’«incident isolé» et a
demandé une «punition exemplaire» pour ses auteurs. «La police veille et essaie d
assurer lordre mais ce genre dincident isolé qui a conduit à la mort
d
un jeune
n
est en aucun cas
justifiable», a déclaré le ministre.


Il a appelé les groupes de défense des droits de l
homme et les organisations de gauche qui ont prévu des manifestations en début daprès-midi à Athènes et Salonique (nord) à
ne pas se livrer «à des actes extrêmes».

Le parti socialiste (Pasok - opposition) a condamné la mort de l
adolescent, comme tous les partis de gauche, en en imputant la responsabilité «aux dirigeants politiques et à la police».

M. Pavlopoulos et le secrétaire d’État de son ministère, Panayotis
Hinofotis, avaient présenté dans la nuit leur démission au Premier
ministre Costas Caramanlis, qui les a refusées.


Les affrontements entre policiers et groupes de jeunes anarchistes sont fréquents dans ce quartier d
Exarchia à lathmosphère bohème où vivent de nombreux contestataires.




20 minutes / AFP, 7 décembre 2008.


Revenir en haut Aller en bas
Haymarket
toto 1ere classe


Nombre de messages : 521
Date d'inscription : 23/02/2008

MessageSujet: Re: La grece brûle!!   Dim 7 Déc - 17:54

Citation :

Les affrontements entre policiers et groupes de jeunes anarchistes sont fréquents dans ce quartier d
Exarchia à lathmosphère bohème où vivent de nombreux contestataires.

comme par hasard...

_________________
"Le réformisme n’est pas, à proprement parler, idiot, mais impossible : moins la prison punit, moins elle répond à sa vocation. Reprocher à la prison d’être trop pénible, c’est reprocher à un hôpital de trop bien soigner."
Revenir en haut Aller en bas
danton cul
apprenti gauchiste...


Nombre de messages : 19
Localisation : c'est écrit dans le pseudo
Date d'inscription : 29/11/2008

MessageSujet: Re: La grece brûle!!   Dim 7 Déc - 20:32

Haymarket a écrit:
Citation :

Les affrontements entre policiers et groupes de jeunes anarchistes sont fréquents dans ce quartier d
Exarchia à lathmosphère bohème où vivent de nombreux contestataires.

comme par hasard...

C'est vrai que c'est marrant cette précision. Genre, ça explique... OU ouf, on est rassurés.
Ca me fait penser à y a pas longtemps, en France, quand ils avaient précisé dans le JT de la 3 qu'un SDF mort était marginal et connu pour ses excès de boissons.
Ouf, c'est qu'un alchoolo, en somme...


Bon, on peut les buter, à Exarchia...




Bref euh...:
.
Revenir en haut Aller en bas
le git
gaucho baroudeur...
avatar

Nombre de messages : 230
Date d'inscription : 02/11/2008

MessageSujet: Re: La grece brûle!!   Lun 8 Déc - 1:58

Citation :






La Grèce vers une deuxième nuit d'émeutes







Situation à 21h49



Dans
le quartier «anar» (Exarchia), les flics sont toujours en nombre le
week-end pour protéger les bâtiments «sensibles». Les «gamins» ont
l’habitude de leur balancer des cailloux. Hier, un flic a tiré trois
coups et a tué un jeune homme de 15 ans.


Très peu de temps après, plus d’un millier de personnes ont commencés à
attaquer les banques, tous les magasins, et quelques voitures. Cela a
duré toute la nuit, avec des affrontements contre la police. De mémoire
de jeune grec, c’est du jamais vu.

Aujourd’hui il y a des manifestations spontanées, où l’on retrouvait
des partis de gauche (socialiste, nouveau communiste, et communiste).
Des «cagoulés» (pas seulement anar ou bachalas) ont profité de cette
manifestation pour attaquer les vitrines et affronter la police.























La police utilise des gaz lacrymo mais aussi des gaz «paralysants». À
Exarchia la population prend à parti les policiers pour qu’ils cessent
de lancer ces gaz car les effets sont puissants. C’est autour de ce
quartier qu’est partie la manif et après des affrontements devant le
quartier de la police c’est à l’université polytechnique que tout le
monde s’est retrouvé.

Le président d’université n’a pas «cassé» l’asylum
(l’asile) qui interdit à la police d’entrer (par peur d’envenimer la
situation). Donc les différents groupes en profitent pour attaquer à
proximité, et rentrer se protéger dans l’université.


C’est le chaos. Les policiers ne savent pas quoi faire, ils n’ont pas
d’ordre. Ils essaient seulement de contenir (et n’y arrivent pas), mais
n’arrêtent quasiment pas. Le gouvernement a très peur et ne dit rien.
Alors que des groupes attaquent, certains en profitent pour piller,
créant par là même quelques tensions, certains préférant brûler que
piller. À cette heure, et d’après ce qui m’est rapporté, il n’y a plus
rien à détruire ou à brûler aux alentours de l’université.


Toutes les grandes villes sont touchées (Athènes, Thessalonique,
Patras, Héraklion, Hania…). Beaucoup, beaucoup de monde dans les rues,
pas seulement des anars. Des personnes qui avaient cessé d’être
actives, sont redescendues dans la rue…

Au
niveau du contexte général, il y a une grève des travailleurs, mais
d’un autre côté les syndicats et les partis n’ont plus aucun écho.

Demain une manifestation est prévue pour «fixer». Cette nuit les
émeutes vont continuer… D’après les contacts, il n’y aucune raison pour
que cela s’arrête. La population soutient en grande majorité.

«D’habitude on agit, et on pense après, là
on est obligé de faire les deux en même temps» : C’est à l’université
que des groupes commencent à discuter de stratégies…

Et à cette heure, ça continue à brûler…




Par mail


La Grèce dans la crainte d’une deuxième nuit d’émeutes
Condoléances des autorités à la famille de l’adolescent tué



Athènes
a vécu samedi et dimanche de graves incidents, suite à la mort d’un
jeune homme de 16 ans tué par balles par un policier, avec échanges de
cocktails molotov et grenades lacrymogènes entre protestataires
cagoulés et forces de police, incendies de voitures, bris de vitrines,
et un centre d’Athènes paralysé, alors que la capitale grecque se préparait à allumer officiellement l’Arbre de Noël, place Syntagma dimanche soir, opération reportée en attendant que le calme revienne.


Un premier bilan dimanche après-midi donnait sept personnes arrêtées
lors des échauffourées ayant suivi la mort du jeune homme, la
destruction de 8 grands magasins — dont Sprider et Intersport —, 7
banques, 20 voitures, dont 6 voitures de police stationnées près de l
Acropole. Le nombre de personnes blessées restait encore inconnu.

Par ailleurs, les deux policiers ont été conduits pour leur part devant
le procureur pour répondre à des poursuites pénales (l
un pour homicide volontaire, le second pour complicité).

Cette vague de violence s
est répandue aussi dans les grandes villes universitaires, notamment à Thessalonique et à Ioannina.

Les manifestations de protestation qui ont été improvisées dimanche
après-midi à Athènes, Thessalonique et dans plusieurs autres villes se
sont déroulées dans un climat très tendu. Des échauffourées ont souvent
opposé manifestants et forces de l
ordre qui se sont affrontés à coups de pierres et de cocktails molotov dun côté et de grenades lacrymogènes de
l
autre. Les
affrontements se poursuivaient tard dans l
après-midi après la dispersion des manifestants.


Dimanche matin dans une conférence de presse, le ministre de l
Intérieur, de lAdministration
publique et de la Décentralisation, Procopis Pavlopoulos, responsable
aussi de la Police hellénique, a informé avoir téléphoné
personnellement le soir même à la mère du jeune homme, tué par balle
dans l
après-midi,
pour lui exprimer ses excuses, alors que se référant aux incidents
graves qui ont suivi, le ministre a déclaré comprendre la peine de
certains dans ce cas précis, notant aussi que les réactions de violence
se retournent contre d
autres personnes et plus généralement contre
toute la société.

«La mort du jeune homme», a encore indiqué M. Pavlopoulos, «est un cas isolé, et je
garde toute ma confiance aux forces de police, et si ce cas ne peut s
expliquer dans un pays tel que la Grèce, qui fonctionne démocratiquement, on ne pourrait pas sexpliquer non plus que les responsables de
la mort du jeune homme ne soient pas sévèrement punis.»

M. Pavlopoulos a informé par ailleurs que lui-même et son secrétaire d
’État
M. Hinofotis avaient immédiatement soumis leurs démissions, en
«assumant pleinement [leurs] responsabilités politiques», mais qu
elles
n
avaient pas été
acceptées, ajoutant pour la presse qu
il ne se référera pas aux circonstances exactes de ce drame avant lautopsie de la victime.

«Il est du droit de chacun dans une démocratie de manifester et protester. Surtout dans ce cas inexplicable comme celui d
’hier
soir. Toutefois, la police agira en protection et sera présente dans
les manifestations afin de ne pas mettre en danger des vies humaines et
des biens.»

Le président de la République, Carolos
Papoulias, a adressé dimanche un télégramme de condoléances à la
famille du jeune homme tué par balle samedi, exprimant ses profonds
regrets et sa douleur, soulignant que cet acte porte une blessure à
l’État de droit.

Pour sa part, le Premier ministre, Costas Caramanlis, qui souligne à
son tour qu’il n’y aura aucune pitié pour les responsables, note aussi
dans sa lettre de condoléances «ressentir une profonde peine, au même
titre que tous les Grecs». «Je sais», a ajouté M. Caramanlis, «que rien
en ce moment ne peut apaiser votre douleur, mais je souhaite vous
confirmer qu’il n’y aura aucune pitié pour les responsables, et que
l’État se doit de faire tout ce qui est en son pouvoir pour qu’une
telle tragédie, comme celle d’hier soir, ne ne répète pas.»




Info Grèce, 7 décembre 2008.





Situation explosive dans les villes grecques après la mort d'un jeune de 16 ans, victime du tir d'un policier



Lannonce de la mort dun jeune de 16 ans, samedi soir, dans
Exarcheia, le QG des contestataires à Athènes, victime d
une balle tirée par un garde spécial de la police grecque, sest répandue comme une traînée de
poudre dans les grandes villes universitaires comme Athènes, Thessalonique et Patras, où des centaines de jeunes et d
étudiants se sont rassemblées au cours de la nuit les mettant littéralement à
feu.


Selon la police, la patrouille des gardes spéciaux de la police serait
prise à partie par un groupe de 25-30 personnes, au croisement des rues
Mesologgiou et Tzavela, vers 21h00 samedi soir. Les policiers auraient
été attaqués avec des pierres et des planches de bois. C
est alors quun des deux policiers aurait tiré trois balles provoquant la mort du jeune homme.
Selon la déposition du policier concerné, celui-ci aurait tiré une balle au sol et deux en l
air.


























Aussitôt la nouvelle s’
est répandue dans le quartier et de nombreux groupes de jeunes se sont
rassemblés dans les rues voisines de l
’École polytechnique. Le quartier dExarcheia est réputé pour être le lieu préféré des jeunes anarchisants, proches de
l
extrême
gauche, et autres sympathisants «antipouvoir», comme ils s
appellent. Dimportantes forces de MAT (équivalent des CRS) ont bouclé le quartier.

Des incendies ont éclaté dans plusieurs endroits du quartier, prenant
pour cible les bâtiments publics, les banques, les commerces et les
voitures. Selon les pompiers, 16 banques et 12 commerces ont été
incendiés au cours des épisodes et ont dénombrait jusqu
à 12 véhicules incendiés.

Les affrontements entre contestataires et forces de polices se sont
étendus dans tout le centre de la capitale grecque atteignant même le
quartier de Monastiraki, aux pieds de l
Acropole, où
dimanche matin, des fumées s
échappaient encore dun commerce de trois étages entièrement détruit.

Dimanche midi, près de 300 personnes se trouvaient toujours enfermées dans la faculté de Droit tandis que d
autres groupes ont pris place à lintérieur de lUniversité des Sciences économiques, rue
Patission.

À Thessalonique, une centaine des jeunes s
est réfugiée dans le campus de lUniversité Aristote d
elle a tenté de sortir à coup de cocktails molotov provoquant des
dommages dans un hôtel avoisinant. Des incendies et des bris de vitres
ont aussi eu lieu dans les immeubles aux alentours de Lefkos Pyrgos et
dans la ville haute.

À Patras, autre ville universitaire,
près de 200 personnes ont improvisé une marche de protestation au
centre de la ville, provoquant les policiers à coup de cocktails
molotov et de jets de pierres.

Des rassemblements de protestation
ont eu lieu à Chania en Crète, à Ioannina en Épire et à Agrinio dans le
Péloponnèse, avec des incidents et des violences de moindre importance.


L
ensemble
des partis politiques ont condamné les incidents. Pour Nea Dimokratia
(ND, majorité gouvernementale), qui exprime ses doléances à la famille
de la victime, il y a «besoin de sang froid» et la formation de
demander «les résultats de l
enquête et lattribution
des responsabilités le plus rapidement possible». Le bureau de presse
du Pasok (socialistes, opposition) attribue déjà la responsabilité à la
police dont il condamne le comportement. Pour le KKE (communistes), la
responsabilité du gouvernement «va de soi», tandis que pour le Syriza
(gauche radicale), il s
agit
d
un

assassinat, puisque «les policiers tirent et tuent les enfants sans
raison» ! Enfin, le LAOS (droite traditionaliste), qui déplore la
jeunesse de la victime, estime que ce type d
incident
était attendu dans la mesure où la violence des affrontements des contestataires avec la police s
aggravait graduellement depuis des mois et de façon incontrôlée et que,
d
un bord ou de
l
autre, une
telle conclusion était fatale.

À noter que le ministre de l
Intérieur,
Procopis Pavlopoulos, et le ministre délégué, Panagiotis Hinofotis, ont
présenté leur démission mais que celles-ci ont été refusées par le
Premier ministre.




Info Grèce, 7 décembre 2008.





Revenir en haut Aller en bas
Haymarket
toto 1ere classe


Nombre de messages : 521
Date d'inscription : 23/02/2008

MessageSujet: Re: La grece brûle!!   Lun 8 Déc - 6:29


_________________
"Le réformisme n’est pas, à proprement parler, idiot, mais impossible : moins la prison punit, moins elle répond à sa vocation. Reprocher à la prison d’être trop pénible, c’est reprocher à un hôpital de trop bien soigner."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La grece brûle!!   Lun 8 Déc - 14:42

Athènes : Emeute de demandeurs d’asile

AP | 06.12.2008 | 11:53

Des
centaines de migrants candidats au droit d’asile, qui faisaient la
queue pour déposer un dossier ont déclenché une émeute dans le
centre-ville d’Athènes, incendiant des poubelles et s’en prenant à des
voitures.

Selon les manifestants, les troubles ont débuté
quand un homme est tombé à l’eau dans un canal après que les autorités
annoncent à la foule qu’il n’était plus possible de déposer de demande
ce samedi. Seul un nombre restreint de dossiers peuvent être déposés
chaque semaine, déclenchant systématiquement bousculades et foire
d’empoigne.

L’homme, tombé dans le canal dans des
circonstances non encore déterminées, a été blessé et transféré à
l’hôpital, selon la police. Une enquête a été ouverte.

Des
aspirants à l’asile, furieux, ont commencé à incendier des poubelles et
à les jeter à la rue. D’autres, bien moins nombreux, ont lancé des
pierres sur les voitures qui passaient par là.

Le mouvement de
colère a duré environ une heure, et la police anti-émeutes stationnée
non loin du groupe n’est pas intervenue. Un camion de pompiers a éteint
les feux de poubelles.

En octobre, selon l’ONG Stop the War,
un Pakistanais avait été mortellement blessé en tombant dans ce même
canal. Selon l’organisation de défense des droits de l’homme, il
cherchait à échapper à la police après un affrontement entre immigrés
cherchant à déposer une demande d’asile et forces de l’ordre.

Les
ONG dénoncent fréquemment la Grèce pour son traitement des immigrés
clandestins et les conditions de vie dans les centres de rétention.

Selon
le Haut-Commissariat pour les réfugiés de l’ONU (HCR), Athènes n’a
approuvé que 140 des 20.692 demandes d’asile déposées en 2007. Des
dizaines de milliers de clandestins arrivent chaque année en Grèce,
arrivant par la mer depuis la Turquie, ou bravant des champs de mines
pour entrer
Revenir en haut Aller en bas
danton cul
apprenti gauchiste...


Nombre de messages : 19
Localisation : c'est écrit dans le pseudo
Date d'inscription : 29/11/2008

MessageSujet: Re: La grece brûle!!   Lun 8 Déc - 22:48

Putain, c'est chaud, ce soir, là, ils ont le contrôle du centre ville!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La grece brûle!!   Mar 9 Déc - 0:49

Revenir en haut Aller en bas
Haymarket
toto 1ere classe


Nombre de messages : 521
Date d'inscription : 23/02/2008

MessageSujet: Re: La grece brûle!!   Mar 9 Déc - 3:11

le monde a écrit:
LES PROTESTATIONS PASSENT LA FRONTIÈRE
Dans un message radiotélévisé à la nation, le premier ministre grec Costas Caramanlis s'est engagé à ce que l'État mette fin aux violences urbaines. "Ces événements inacceptables et dangereux ne peuvent pas et ne seront pas tolérés",
a-t-il déclaré dans sa première apparition depuis le début de la crise.
Il a réaffirmé, comme il l'avait fait dans une lettre de condoléances
adressée dimanche à la famille de l'adolescent tué, que les
responsables du drame "auront la punition qu'ils méritent". Des manifestations parfois émaillées d'incidents ont également eu lieu en dehors du pays. A Londres, trois manifestants ont été arrêtés dans la matinée pour "trouble à l'ordre public"
lors d'une manifestation d'une quarantaine de personnes devant
l'ambassade de Grèce. Vêtus de noir, portant cagoules ou capuches, des
manifestants ont hissé un drapeau anarchiste à la place du drapeau
grec, qu'ils ont brûlé, avant de se disperser dans l'après-midi. Même
ambiance à Berlin, où une quinzaine de jeunes Grecs ont investi le
consulat général et déployé à une fenêtre une banderole proclamant, en
allemand et en grec, "Etat assassin". "Ils ont déposé une lettre qui sera transmise à Athènes, dans laquelle ils protestent contre la mort de l'adolescent", a indiqué un porte-parole, précisant que la police n'avait pas prévu d'intervenir, aucune violence n'étant à déplorer. A Paris, une vingtaine de personnes ont déployé en fin d'après-midi une banderole devant le consulat général de Grèce, dans le 16e arrondissement de Paris, sur laquelle on pouvait lire "Police grecque = assassins". Elles se sont dispersées une heure après dans le calme, selon la préfecture de police, citée par le site Internet de 20 Minutes. Une petite manifestation devant le consulat d'Edimbourg,
en Ecosse, a également pris fin sans incident, selon la police. Un
policier a été blessé lundi en début de soirée à Salonique, dans le
nord de la Grèce, l, a annoncé une source policière locale.

_________________
"Le réformisme n’est pas, à proprement parler, idiot, mais impossible : moins la prison punit, moins elle répond à sa vocation. Reprocher à la prison d’être trop pénible, c’est reprocher à un hôpital de trop bien soigner."
Revenir en haut Aller en bas
Haymarket
toto 1ere classe


Nombre de messages : 521
Date d'inscription : 23/02/2008

MessageSujet: Re: La grece brûle!!   Mar 9 Déc - 14:01

indy grenoble a écrit:
ICI ET AILLEURS, LA POLICE ASSASSINE :
SOLIDARITÉ INTERNATIONALE ET INCONDITIONNELLE AVEC LES CAMARADES ÉMEUTIERS GRECS.

A l’heure où nous écrivons ces lignes, les Molotov pleuvent sur les
rangs de la police, la façade de la Banque Nationale de Grèce de
Salonique brûle, les commissariats sont attaqués, les magasins
bourgeois saccagés, les voitures retournées.

Vengeons le jeune autonome assassiné !

Le Premier Ministre grec s’excuse, et cherche difficilement à calmer le jeu :
On n’en veut pas de tes excuses ! Ne te justifie surtout pas !
On ne retient qu’une chose : un camarade est mort.
Qu’il y ait eu des menaces, qu’il n’ait reçu qu’une seule balle ou tout
un chargeur nous importe peu : Alexandros Grigoropoulos s’est fait
assassiner.

LA POLICE ASSASSINE,
L’ETAT JUSTIFIE,
FEU A L’ETAT !

Groupe Autonome la Mutine-rie Strasbourg



_________________
"Le réformisme n’est pas, à proprement parler, idiot, mais impossible : moins la prison punit, moins elle répond à sa vocation. Reprocher à la prison d’être trop pénible, c’est reprocher à un hôpital de trop bien soigner."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La grece brûle!!   Mar 9 Déc - 17:40

Citation :
COMMUNIQUÉ - APPEL
des organisations de la gauche révolutionnaire grecque
ARAN, ARAS, EEK, EKKE,
K.O. Anasintaxi, NAR, OKDE Spartakos, OKDE, SEK
Front ENANTIA et MERA



A bas le gouvernement des assassins
ESCALADE DE LA RESISTANCE,RENVERSEMENT DE LA POLITIQUE DE LA REPPRESSION, DU SOUTIENT AU CAPITAL ET DU RACISME


TOUS ET TOUTES
· A LA MANIFESTATION POPULAIRE DU LUNDI 12 DECEMBRE
· PARTICIPEZ MASSIVEMENT A LA GREVE DU MERCREDI 10 DECEMBRE
· APPEL EN GREVE GENERALE LE JOUR DES OBSEQUES DE ALEXIS

Les
organisations de la gauche anticapitaliste que nous signons le présent
communiqué nous dénonçons assassinat à sang froid de l’adolescent
Alexis Grigoropoulos par les flics des forces spéciales le soir du
samedi 6 décembre. Nous saluons les mobilisations et les manifestations
populaires qui parcourent tout le pays et condamnent massivement le
gouvernement des assassins.
Cette crime cruel n’est pas un accident.
Ce n’est pas le résultat d’une « formation défectueuse » des agents de
police ou « le manque du sang-froid ». La cause de cet assassinat se
trouve dans la politique agressive pro-capitaliste et anti-populaire du
gouvernement de la droite.
Il s’agit d’une politique qui
renforce l’état policier et les forces de répression
légalise l’utilisation des armes à feu contre les manifestants
En même temps cette politique
· accélère la privatisation de la compagnie aérienne publique Olympique, des ports et des communications
· démolit la sécurité sociale, la santé publique et l’éducation nationale
C’est une politique caractérisée par une attaque particulièrement violente contre la jeunesse.
C’est une politique de violation des droits de l’homme, marquée par
· les enlèvements en collaboration avec le CIA des citoyens d’origine pakistanaise,
· les écoutes téléphoniques (scandale de vodaphone),
·
les attaques policières particulièrement violentes et parfois
meurtrières contre les émigres clandestins ou non contre les demandeurs
d’asile et les groupes marginalisés de la population grecque.
C’est
une politique qui passe par le parlement avec les lois «
anti-terroristes » et les lois qui mettent en place toutes les
directives de l’Union Européenne en faveur du profit capitaliste et
contre les droits sociaux.
C’est la politique qui, avec les lois
récentes sur la restructuration des universités, ouvre la voie vers
l’apparition des universités privés et la soumission complète de
l’éducation supérieure au profit capitaliste.
C’est une politique
qui attaque le revenue populaire, diminue les salaires et le pouvoir
d’achat des classes populaires et renforce le pillage fiscale des
salariés.
Dans le contexte de la crise financière le gouvernement de
la droite offre des milliards d’euros aux banquiers et cherche les «
coupables » dans le quartier de Exarchia et aux émigrés des champs de
Agios Panteleimon et de Patras.
Le gouvernement de droite, après
l’assassinat barbare d’Alexis Grigoropoulos continue sa politique de
répression. La mobilisation et la violence des CRS et de la police est
sans précédent.
Mais la riposte populaire est également sans
précédent. La mobilisation du peuple peut de temps après l’assassinat
est massive et spontanée partout en Grèce et témoigne la combativité du
mouvement populaire.
Pour le gouvernement et le capital le peuple et
la jeunesse est l’ennemie. Pour cette raison la violence de la police
et la propagande calomnieuse des médias contre le mouvement populaire
accroît.
L’attitude politique condescendant du PASOK (Partie
Socialiste) pratiquement renforce le gouvernement. En plus le PASOK
donne un message pour la période suivante ; sa politique sera toujours
orientée en faveur du profit capitaliste, des privatisation et de
l’application du pacte de stabilité de l’Union Européenne. Sa politique
ne sera pas une garantie mais elle tournera contre les besoins des
classes populaires et de la jeunesse.
Un grand partie des salariés,
des paysans et de la jeunesse comprend aujourd’hui la nature de la
polique anti-populaire et répressive mise en route par le gouvernement
de la droite, l’Union Européenne et le capital.
Le rage social s’amplifie. Les salariés, les jeunes et les paysans descendent dans les rues et lutent contre cette politique.
Nos organisations participent dans l’amplification de la riposte populaire partout en Grèce.
La
riposte à l’assassinat barbare d’Alexis doit s’amplifier et joindre les
barricades des paysans qui sont dans les autoroutes nationaux, les
facultés occupées par les étudiants et les grèves des ouvriers.
Aujourd’hui l’inactivité n’est pas justifiée. L’explosion de la rage ne suffit pas !
La
lute collective, massive, organisée, dans chaque lieu de travail, dans
chaque faculté dans chaque école dans chaque quartier est nécessaire.
Notre
but est la transformation de chaque lieu social en noyau de résistance
et de lute. Notre but est la contribution à la construction d’un large
front pour renverser non seulement le gouvernement mais chaque version
de politique en faveur du profit capitaliste et conte les besoins
populaires.
Une étape importante est la participation massive aux
manifestations contre l’assassinat d’Alexis et à la grève générale du
mercredi 10 décembre.


Démission immédiate des ministres Pavlopoulos et Chinofotis
A bas le gouvernement des assassins, a bas la politique de la droite
Punition exemplaire des assassins
Désarmement immédiat de la police
Dehors les CRS et les forces d’ordre par les manifestation et le centre d’Athènes
Dissolution immédiate des CRS et des Services Spéciaux
Libération immédiate des manifestants arrêtés par la police
Abrogation des lois anti-terroriste et de la législation autoritaire
Le capital doit payer la crise et pas les salariés et la jeunesse
Amplification
de lute pour la protection des droits sociaux, pour la protection des
droits politiques des salariés et de la jeunesse

http://revolution.celeonet.fr/index.php?s=226cdb401f8be9e4dbd12850c4e6a6c1&showtopic=16061&st=30&start=30
Revenir en haut Aller en bas
Haymarket
toto 1ere classe


Nombre de messages : 521
Date d'inscription : 23/02/2008

MessageSujet: Re: La grece brûle!!   Mer 10 Déc - 2:20

le blog de la faculte d'economie qui est squattee : www.katalipsiasoee.blogspot.com
Malheureusement que des infos en grec ou anglais, mais quelques photos.

revue de "presse" + photos :
http://berthoalain.wordpress.com/2008/12/07/emeutes-en-grece-decembre-2008/

solidarité!
indy nantes a écrit:
Et nous ? Qu'attendons-nous ?

Nous appelons à manifester Samedi 13 décembre à 14 heures
devant le consulat de Grèce, passage Pommeray à Nantes pour montrer
notre solidarité avec les grecs et pour montrer aussi aux pouvoirs
européens et d'abord français qu'on en a assez que nos enfants soient
pris pour cible par les forces de "l'ordre" (cf. Marzac, manifs
lycéennes, Vichy, etc).

Solidarité Internationale
http://www.lacausedupeuple.com

_________________
"Le réformisme n’est pas, à proprement parler, idiot, mais impossible : moins la prison punit, moins elle répond à sa vocation. Reprocher à la prison d’être trop pénible, c’est reprocher à un hôpital de trop bien soigner."
Revenir en haut Aller en bas
Haymarket
toto 1ere classe


Nombre de messages : 521
Date d'inscription : 23/02/2008

MessageSujet: Re: La grece brûle!!   Mer 10 Déc - 16:48

indy nantes a écrit:
Qu'est ce que le monde attend pour
soutenir la Grèce dans son combat contre cette société inégalitaire
,pourrie par le capilalisme! C'est maintenant qu'il faut bouger! Ne
laissez pas la grèce seule!
epanastasi tora!

En
l'espace de 28 ans 150 bavures policières en Grèce, la dernière
s'appelle Alexandros et ces derniers jours on pouvait encore voir à
Athènes des CRS tirant en l'air et tabassant des jeunes filles!
Les jeunes ici sont à bout de nerfs, ils font des études qui les mènent
à gagner 600 euros par mois alors que la vie ici est à peu de chose
près aussi chère qu'en France.
Pendant ce temps là, le gouvernement s'offre les derniers mirages de
sarkozy et engloutit des milions dans l'armée, laissant les
institutions publiques à l'abandon...
Quand au système sociale n'en parlons pas il n'y en a pas..
Allumez la télévision ici et vous tomberez une nouvelle fois sur un
nouveau scandale au gouvernement, falsification d'élections, traffic
entre l'église et le gouvernement....
Bref ce que veulent les jeunes ici, et pas seulement les anarchistes, c'est qu'on arrête le massacre...
Les bourreaux du capitalisme jouent au monopoly avec nos vies, quand on
pense que le désastre que provoque la crise économique ici et partout
ailleurs n'est due qu'à des marionettistes qui tiennent les ficelles du
système!
C'est maintenant qu'il faut bouger, alors soutenez la grèce, sortez dans la rue!

_________________
"Le réformisme n’est pas, à proprement parler, idiot, mais impossible : moins la prison punit, moins elle répond à sa vocation. Reprocher à la prison d’être trop pénible, c’est reprocher à un hôpital de trop bien soigner."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La grece brûle!!   Mer 10 Déc - 17:31

Citation :
Fraichement traduit de l'anglais (l'espoir se lève en Grèce) :

Mercredi 10 décembre 2008

…face à une sombre image du passé

Les
fascistes travaillant avec les flics à Patras deviennent fous furieux;
ils ont poignardé deux personnes à Athènes; la police a tiré à 15
reprises en l’air à Palaio Faliro et une voiture en flammes est dirigée
contre le commissariat de Zefvri, quartier d’Athènes. C’Est-ce que je
considére comme les évènements les plus importants de la journée, il y
en a eut beaucoup d’autres (plus d’attaques aux commissariats, 10
personnes arrêtées dans les villes à travers la Grèce, etc) mais il est
tout simplement impossible de tout répertorier ici. Les évènements les
plus importants de la journée sont ceux de Patras. S’il-vous plait,
lisez le texte séparé et répandez la nouvelle.


La police a tiré au total à 15 reprise à quelques mètres des funérailles d’Alexis


Voici un résumé des évènements de la journée à Athènes. La journée a
commencé avec les funérailles d’Alexandre au cimetière, dans la
banlieue sud de Palaio Faliro. Il y avait beaucoup de gens aux
funérailles, dont beaucoup d’anarchistes, des étudiants et des jeunes
du quartier. Le petit groupe qui a pris les rues du quartier après les
funérailles était composé pour la plupart de jeunes, simplement des
gosses du quartier enragé par la mort d’Alexandre. L’image la plus
marquante est celle d’un policier de la « Z-force » (Omada Zita,
l’unité de motard de la police) qui a tiré un total de 15 balles en
l’air contre les jeunes. C’était à quelques centaines de mètres du lieu
où les funérailles d’Alexandre se sont déroulées quelques heures plus
tôt.

Pendant ce temps-là, en centre-ville, il y avait énormément
de tensions autour du square Syntagma (voir les post précédents), avec
des étudiants se confrontant de façon impressionnante aux forces de
police. Ce ne devait pas être jusque très tard dans la soirée que les
zones maintenant habituelles d’émeutes ont commencé à se former autour
des deux campus des universités occupées (NTUA et l’université
d’économie). Je voudrais brièvement décrire mon expérience personnelle
de ce soir, non pas parce qu’une histoire personnelle est importante,
mais pour que le lecteur qui ne vit pas les évènements puisse mettre
les choses dans leur contexte (d’une certaine manière, je me considère
moi-même comme en-dehors de tout ça!).

Peut-être que le
sentiment de confort et de familiarité que j’ai ressenti plus tard en
rencontrant de vieux potes ont effacé les sentiments étranges alors que
je parcourais les rues ce soir. C’était un sentiment étrange que je
n’avais jamais ressenti auparavant à Athènes (le sentiment que vous
devez avoir une bonne raison d’être dans la rue: que vous soyez pour ou
contre les émeutes) mais finalement l’un des deux. Comme d’être dans
une vague manifestation, où vous êtes autant un manifestant que la
police; à part que c’est dans le coeur d’une métropole agitée et voila
tout, il semble que d’un coté il y aient les gens énervés par la mort
d’Alexandre, et ceux qui ont causé sa mort de l’autre. Pour vous
déplacez dans le quartier d’Exarchia ces jours-ci vous devez être
maître dans l’art de zigzaguer le long des rues et des pâtés de maison,
pour éviter les unités de la police anti-émeute, les hordes de
policiers en civil et, bien entendu, les fascistes.

Ma pauvre
technique de zig-zag m’a néanmoins mené sur le campus du NTUA où au
moins 2000 personnes voulaient clairement montrés contre qui nous nous
battions. Un mélange fou de groupes de punks, migrants, drogués et
d’anarchistes étaient en file le long de l’avenue Patision, à
l’extérieur de l’école polytechnique, dansant et buvant, en attendant
l’arrivée de la police.

Quelques centaines de mètres plus loin
(et un peu plus de zigzag), à l’université d’économie, une assemblée de
400-500 personnes se tenait, le sujet était la présence anarchiste à la
grève générale du lendemain. Vous allez devoir attendre demain pour
savoir comment ça va se passer; cependant, les nouvelles les plus
importantes et les plus choquantes arrivèrent quelques heures plus tard…

Des
infos ont commencé à arriver comme quoi des groupes de fascistes était
apparut dans le quartier, en particulier du coté du square Victoria. Un
homme (un migrant, son origine n’a pas été communiqué) et une femme ont
été poignardés ce soir. C’est arrivé après que nous ayons entendu
l’incroyable suite des évènements à Patras. Combinez les deux, il
devenait clair que : l’état « officiel » grec avait atteint ses limites
dans la gestion des révoltes. Les émeutes de lundi avait tout
simplement dépassés la capacité de contrôle de la police. Il était
temps pour les forces officieuses de faire leur apparition : les
fascistes. Leurs attaques parfaitement coordonnées à Patras le
démontrait.

Le moment n’est pas à la panique bien entendu (nous
avons quelques nouveaux alliés à nos cotés, si nous le jouons
correctement, les fascistes n’oseront pas frappé de nouveau). L’attaque
contre le poste de police de Zefvri a montré ceci : Zefvir, à la
périphérie de la ville, est l’un des quartiers les plus pauvres
d’Athènes (si ce n’est le plus pauvre), avec une large proportion de
Rom dans la population. A environ 22h, une foule d’environ 600
personnes a assiégé le commissariat, l’attaquant aux cocktail Molotov
alors qu’une voiture enflammée était lancée contre le bâtiment (mais
arrêter par les gardes avant qu’elle ne l’atteigne).

Je suppose
qu’il est clairement évident pour la plupart que la situation est
extrêmement tendue et chacun sent que nous allons atteindre un point de
rupture. La grève générale de demain est cruciale. Les gens ont
combattu durant quatre jours et sont fatigués; les négociations ont
fait ressemblé les manifestations à des rassemblements statiques (pour
prévoir la mobilité des foules et la rendre plus simple à contrôler);
la police nous pourchasse (et maintenant les fascistes aussi). Les
choses seront loin d’être faciles, mais il n’y a aucun autre moyen de
se débarrasser de ces images du passé.

Citation
Mercredi 10 décembre, 13h43

Un
ami au téléphone : «Je reviens juste de l’avenue Messagerie (loin du
centre ville) » et un petit groupe de jeune de 12-13 ans attaquent un
van de la police. Ils ont juste des pierres mais ils sont très motivés!
»

La télé montre déjà des jeunes de 12 ans faisant pleuvoir des
pierres sur la police anti-émeute; des émeutes ont débuté au Propylea
de l’université d’Athènes; la police anti-émeute a lancé des
lacrymogènes sur des personnes installées dans les cafétérias et ces
personnes les ont attaqués en réponse. Le syndicat stalinien (PAME)
s’est déjà retiré et a quitté la rue. Voici venu notre temps !

Aujourd’hui
c’est les grand jour. Les évènements d’hier ont montré que l’état grec
tentait de mettre fin à la rébellion aussi vite que possible. Les
fascistes sont maintenant lâchés dans les rues; les medias bourgeois
apportent des informations fraîches de ce matin selon lesquelles le
gouvernement a décidé de déclarer l’état d’urgence demain (jeudi) si
les émeutes ne cessaient pas d’ici là. Des informations d’indymedia
rapportent que le rapport de la balistique sur la mort d’Alexandre a
été modifié pour montrer que la balle du flic a ricoché avant de tuer
Alexandre (de cette manière, son meurtrier policier sera innocenté).

Il
ne s’agit que de rumeurs, mais il semble de plus en plus que c’est-ce
qu’il va arriver. Ce qui va se passer aujourd’hui est extrêmement
important et définira ce qui se déroulera par la suite. Je retourne
dans les rues, de prochaines infos viendront plus tard
http://revolution.celeonet.fr/index.php?showtopic=16061&st=30
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La grece brûle!!   Jeu 11 Déc - 19:31

Citation :
Jeudi 11 décembre :

8h08 L’hôtel de ville
de la banlieue d’Agios Dimitri Athènes est à présent occupé par des
anarchistes. Durant la nuit il y a eut de nombreux affrontements entre
la police et les anarchistes à l’université polytechnique; un camarade
a été blessé. L’occupation continue.

Un jeune de leur age a été
assassiné. Ils ont manifesté mais ils ont reçut des gaz lacrymogène,
ils ont été violemment arrêtés, on leur a tiré dessus. Heure par heure,
jour par jour, les lycéens et les étudiants deviennent plus militant et
plus déterminés. Ils ont déjà attaqué plus de 6 commissariats à travers
à Athènes. Hier, dans la banlieue de Petroupoli, une centaine d’entre
eux ont attaqué le poste de police local l’endommageant à coup de
pierres et de bâtons. Quelques banques ont subi le même sort. Jusqu’à
la nuit dernière au moins 100 écoles étaient occupées par leurs élèves
dans le pays. Ce nombre devrait augmenter aujourd’hui alors que la
plupart des étudiants sont censés retournés en cours pour la première
fois depuis la mort d’Alexandre. S’ils le font ou non déterminera
certainement l’avenir de la révolte. Heureusement, ils ne semblent pas
avoir l’intention de retourner à la normalité aujourd’hui. Ils ont
prévu de bloquer les routes à travers Athènes. Des manifestations sont
appelées par les étudiants d’Athènes et de Thessalonique demain (on
s’attend à ce qu’un grand nombre d’universités soient occupées
aujourd’hui et demain). L’occupation anarchiste de l’université
d’économie a décidé d’appeler les étudiants par l’impression de
journaux, d’affiches et de tracts, afin de les distribuer dès que
possible aux lycées et universités de la ville. L’avenir de notre lutte
semble dépendre d’eux, nous sommes dans de bonnes mains, je suis
confiant.

13h22 Le commissariat de Kovalevskaïa Athènes a été
attaqué avec des pierres et des cocktails molotov. 700 étudiants ont
pris une route menant à la prison locale, il y a eut des affrontements
à l’extérieur, au moins 6 autres postes de police ont été attaqué dans
la capitale.

Les medias dominants rapportent que 10 routes
principales à Athènes sont bloqués par des étudiants. Les brèves
arrivent l’une après l’autre, des départements universitaires occupés
par leurs étudiants.

Citation
Jeudi 11 décembre

Les
médias dominants rapportent que 25 commissariats ont été assiégé à
Athènes, de violents affrontements s’y sont produits. Ils ont également
rapporté que plus 4500 grenades lacrymogène ont été lancées par la
police ces jours-ci; leur réserve s’épuisent et ils ont dut en
commander à l’étranger.

De nouveaux appels à manifester ont été
lancé pour Athènes, Thessalonique, Patras et beaucoup d’autres villes
ce soir. Ce matin, les informations sur indymedia affirment que
l’assassin d’Alexandre était membre du groupe nazi « golden dawn » («
Aube Dorée ») à la fin des années 80/début des années 90 (sans pour
autant couper les ponts avec ce groupe) et que sa famille était active
dans la collaboration avec les nazis.

C’est la guerre civile mondiale : C’est leur monde…
http://revolution.celeonet.fr/index.php?showtopic=16061&pid=181765&st=90&#entry181765
Revenir en haut Aller en bas
Haymarket
toto 1ere classe


Nombre de messages : 521
Date d'inscription : 23/02/2008

MessageSujet: Re: La grece brûle!!   Jeu 11 Déc - 19:59

non-fides a écrit:
11 décembre 2008



A Bordeaux,
deux véhicules ont été incendiés dans la nuit de mercredi à jeudi
devant le consulat grec de Bordeaux. La porte du consulat, vide au
moment de l’incendie, à 3h15, a été endommagée et huit personnes
résidant dans l’immeuble ont été évacuées mais ne sont pas blessées.
Des tags « soutien aux incendies en Grèce » et « insurrection à venir »
ont aussi été retrouvés sur une porte de garage voisine de même que
celle « insurrection partout » en face du consulat. Une enquête a été
confiée à la police judiciaire de Bordeaux. Photo 1, 2.


A Grenoble,
le consulat est fermé depuis mercredi et jusqu’à lundi à la suite de
consignes données par l’ambassade de Grèce à Paris en raison du risque
de rassemblements devant l’établissement.
10 décembre 2008



A Sofia, en Bulgarie, des manifestants se sont rassemblés devant l’ambassade de Grèce en signe de protestation.


A Bordeaux, Une quinzaine de personnes se sont rassemblées le matin devant le consulat où ont également été commis des tags de solidarité.


A Barcelone,
rassemblement de 200 personnes, quasiment tous contrôlés par la police.
Quelques banderoles déployées. Manif sauvage, le cortège grossit
jusqu’à environ 800 personnes, des vitrines et du mobilier urbain sont
attaqués. Après dispersion, divers petits groupes sont harcelés par des
flics en fourgon et à moto. Quelques charges et deux arrestations. Photo.


A Grenade, rassemblement de solidarité.


A Burgos, quelques rassemblements également.


A Séville, manifestations de solidarité.


A Nantes, les lycéens en solidarité avec les insurgés Grecs ont évoqués l’invasion du consulat. Mais les keufs ont empêché l’accès. Photo.


A Turin, rassemblement et banderoles devant le consulat taggé pour l’occasion. Photos.


A Milan,
une vingtaine de personnes ont attaqué le consulat grec et déployés une
banderole sur laquelle était écrit ’’I fuochi della Grecia scaldano il
nostro inverno’’ ("Le feu de Grèce réchauffe notre hiver").


A New-York, le consulat grec a été vandalisé et taggé en solidarité.


A Madrid, rassemblement devant l’ambassade grecque. Photos.


A Madrid
toujours, environ 300 personnes parties en manif sauvage attaquent un
commissariat de la police municipale ainsi que des banques, des
magasins et des pubs. Des barricades enflammées sont formées. Il y aura
9 interpellation et un nombre indéterminé de policiers ont été blessés.
D’autres échauffourées ont éclatés vers Lavapiés. Photos.


A Naples, une cinquantaine d’étudiants ont manifesté devant le consulat de Grèce.


A Copenhague,
300 manifestants interdits de manif ont parcouru
le centre ville mais les policiers les ont attaqués a coups de matraque
et en lâchant les chiens. 63 arrestations ont eu lieu. Un fourgon de
keuf a roulé sur la jambe d’un manifestant, un autre a renversé un
cycliste


A Venise, Plusieurs dizaines de personnes ont occupé brièvement l’Institut hellénique de Venise en solidarité.


A Rome et Bologne, 5 policiers et un soldat italiens ont été légèrement
blessés lors d’affrontements avec des manifestants. A Rome les
manifestants ont lancé des fumigènes et de la peinture rouge sang sur un bâtiment de l’ambassade de Grèce. Photo.


A Florence, un peu moins d’une centaine de personnes rassemblées en solidarité devant le consulat grec.


A Paris,
une petite centaine de manifestants se sont rassemblés devant
l’ambassade grecque : Quelques bombages et plusieurs banderoles dont
une sur laquelle était inscrit :

"Novembre 2005 - Décembre 2008. L’incendie se propage...". photo.


A Toledo, une vingtaines de personnes rassemblées avec banderoles.


A Strasbourg, une banderole a été déployée en soutien aux émeutiers lors d’un rassemblement devant l’ambassade grecque de Strasbourg. Photo.


A Istanbul, des anarchistes ont attaqués l’ambassade grecque à la peinture rouge, avec une banderole. Photo.


A Bruxelles,
rassemblement de solidarité avec la révolte en Grèce devant une
permanence grecque (Monimi Elliniki Antiproswpeia) dans le quartier
européen dans le centre de Bruxelles. Ça s’est déroulé tranquillement,
un drapeau grec a été incendié. Quand une dizaine de personnes
habillées en noir sont partis en groupe pour rentrer, une équipe de
police anti-émeute a fait une charge contre le groupe, qui s’est mis à
courir. Une course-poursuite s’est enchaînée, la police sort la
matraque, les coups s’ensuivent. Tout le monde a été arrêté, identifié
(fouille, photos,) et ensuite relâché. Photo.


A San Francisco, le Friendly Fire Collective a collé nombre d’affiches sur les murs de la ville.

Voir la version JPEG

Voir la version PDF

_________________
"Le réformisme n’est pas, à proprement parler, idiot, mais impossible : moins la prison punit, moins elle répond à sa vocation. Reprocher à la prison d’être trop pénible, c’est reprocher à un hôpital de trop bien soigner."
Revenir en haut Aller en bas
Haymarket
toto 1ere classe


Nombre de messages : 521
Date d'inscription : 23/02/2008

MessageSujet: Re: La grece brûle!!   Jeu 11 Déc - 20:07



revolver de fonction + balles réelles en direction des manifestants...

_________________
"Le réformisme n’est pas, à proprement parler, idiot, mais impossible : moins la prison punit, moins elle répond à sa vocation. Reprocher à la prison d’être trop pénible, c’est reprocher à un hôpital de trop bien soigner."
Revenir en haut Aller en bas
Hydrogen
gaucho baroudeur...


Nombre de messages : 88
Date d'inscription : 28/11/2008

MessageSujet: Re: La grece brûle!!   Jeu 11 Déc - 20:32

Maintien de l'ordre public, gardien de la paix... Police assassine!
Revenir en haut Aller en bas
Haymarket
toto 1ere classe


Nombre de messages : 521
Date d'inscription : 23/02/2008

MessageSujet: Re: La grece brûle!!   Ven 12 Déc - 0:45

Citation :
En solidarité avec le mouvement actuel en Grèce, le secrétariat
international de la CNT (international@cnt-f.org) appelle à un
rassemblement vendredi 12 décembre à 17 h 30 devant l'ambassade de Grèce
(17 rue Auguste Vacquerie, 75017 Paris, M° Kléber). Un autre
rassemblement aura probablement lieu le lendemain à l'appel d'étudiants
grecs vivant à Paris. Communiqué du secrétariat international de la CNT
et interview du secrétaire international de l'ESE, organisation soeur de
la CNT en Grèce : http://www.cnt-f.org/international/spip.php?article261

_________________
"Le réformisme n’est pas, à proprement parler, idiot, mais impossible : moins la prison punit, moins elle répond à sa vocation. Reprocher à la prison d’être trop pénible, c’est reprocher à un hôpital de trop bien soigner."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La grece brûle!!   Dim 14 Déc - 14:58

Samedi 13 – Nouvelles de Grèce

A partir du Guardian, d’AP, Reuter, des quotidiens grec (Ta Nea) et de différents témoignages



Hier, vendredi, es étudiants ont lancé des bombes incendiaires et des pierres en direction des forces de police aux abords du parlement grec dans le centre d’Athènes au septième jour d’émeutes. Pour empêcher que leurs cordons ne soient enfoncés, les policiers antiémeutes ont fait usage de gaz lacrymogènes contre les manifestants, qui avaient déployé des banderoles frappées de slogans comme “L’Etat tue” et “Le gouvernement est coupable de meurtre“.

La police grecque aurait commencé à manquer de gaz lacrymogène après une semaine d'émeutes qui ont vu les rues des grandes villes transformées en zones de guerre virtuelle. Des sources policières disent qu'ils ont utilisé plus de 4600 capsules de gaz lacrymogène au cours de la dernière semaine et ont pris contact avec Israël et l'Allemagne pour renouveler les stocks.

La protestation s’est disséminé dans toute la ville en fragments et est maintenant le fait de toute la jeunesse. C’est cel qui suscite le plus d’espoir quant à la continuation et au renforcement du mouvement et pourrait ouvrir la porte à la création de structures de base et locales sortant des universités et des centre ville (ce qui évidemment serait beaucoup plus facile en « Province – petites villes – qu’à Athène).

Il s'agit d'une révolte d'écoliers et d'étudiants, la plupart dans la rue pour la première fois. Il y a même des enfants de 12 dans la lutte contre la police anti-émeute, et qui crient "Cops! Cochons! Assassins!"

Les manifestants brièvement occupé une station de radio d'Athènes ont pris un bâtiment municipal dans le nord-ouest de la ville de Ioannina. Vers la fin de la manifestation de vendredi, les anti-émeutes ont lancé une attaque à Korai Str à Athènes et ils ont arrêté au moins quatre étudiants. Parmi dont une fille de 13 ans. Des journalistes qui se trouvaient près de l’arrestation et qui ont réagi à la brutalité de la police ont aussi été arrêté et battu. Plus tôt dans la journée, le bureau d’Alexis Kougias (l’avocat du meurtrier) à été saccagé.Les étudiantEs de niveau secondaire ont tenu de nouvelles manifestations partout dans le pays et dans plusieurs quartiers d’Athènes. L’état entame une pleine attaque contre eux: Aujoud’hui, une auto sans aucune plaque d’immatriculation (appartenant donc à la police) a foncé sur deux étudiants à l’extérieur d’une école secondaire à Ilioupolis à Athènes. Tous les deux ont été blessé.



Ces jeunes, près de renverser le gouvernement grec ne sont pas les marginalisés: ce n'est pas une copie des émeutes qui secouèrent la région parisienne à Paris en 2005. Beaucoup d'entre eux sont des fils et des filles de la classe moyennes, choqués par l'assassinat de l'un des leurs, dégoûtés par le gouvernement de l'incompétence et la corruption, irrité par la promesses du système éducatif, effrayé à la perspective de devoir travailler encore plus dur que leur épuisé parents.

“Chacun pense que ce gouvernement qui assassine doit tomber. Le gouvernement, en quatre ans, n’a fait qu’adopter des réformes allant à l’encontre des étudiants“, expliquait une manifestante de 22 ans, Maria Tsoupri. “On ne voit aucun avenir devant nous. Nous n’avons un avenir que par la lutte.“

A Bruxelles, le Premier ministre conservateur Costas Caramanlis, qui avec tout le gouvernement, minimise la portée des troubeles, a assuré que son pays était en mesure de garantir la sécurité de la population en dépit des troubles en cours.“La Grèce est un pays sûr“, a-t-il dit, en s’engageant à assurer “la sécurité de sa population“.

Il a rejeté les appels à la démission et la tenue prochaine d'élections, en insistant vendredi que main a été nécessaire en temps de crise financière. Pourtant on sait qu’à plusieur reprises des ministres ont proposé leur démission et selon la presse grecque le bloc gouvernemental n’est qu’une açade ;



"Il devrait y avoir aucune confusion entre les émotions ressenties par les jeunes étudiants sur la mort tragique d'un collègue ... et cette manie destructrice", le Premier ministre Costas Karamanlis a dit vendredi.



En fait on soupçonne que se tiendront des élections fin janvier ou février et l’unique préoccupation du PASOK est de s’y préparer en nouant des alliances et en prenant des contacts. Mais pour se faire il faut que la situation redevienne « normale ». la seule promesse de Papandreou porte sur l’augmentation des crédits pour l’éducation.



Nombre de Grecs sont furieux de voir que le policier auteur du tir n’a pas fait montre de remords. Ce policier de 37 ans, Epaminondas Korkoneas, a témoigné avoir tiré des coups de semonce, en situation d’autodéfense, et dit que les balles ont ricoché.

Des professeurs ont formé vendredi une chaîne humaine autour du principal bâtiment de l’université d’Athènes, pour la préserver de nouveaux dégâts. “Les pierres peuvent ricocher elles aussi“, ont scandé des manifestants face aux policiers antiémeutes.

“Le glas sonne pour Caramanlis“, écrit vendredi en page de une le journal Ta Nea. “Le gouvernement assiégé : les manifestations gagnent de l’ampleur dans l’éducation“, écrit de son côté Ethnos.









Elements pour comprendre la Grèce (article paru dans la presse)

Politiquement, la Grèce est une démocratie qui n'a jamais grandi; économiquement, il reste un parent pauvre essayant de passer dans les salons de l'Europe. le 20 e-siècle est une mosaïque de coups d'Etat et de conflits. La guerre civile qui a suivi l'occupation de la Grèce par les puissances de l'Ax dans la deuxième guerre mondiale, la glaciation politique pendant 30 ans…La Grèce est le seul pays européen où des collaborateurs ont été récompensés et ceux qui ont résisté ont été punis. Après l’écrasement de la gauche par la Grande-Bretagne et les États-Unis, des dizaines de milliers de sympathisants de la résistance sont restés pendant des années dans des camps de prisonniers ou sur la liste noire du travail.



La dictature militaire de 1967-1974 – entraînée par l'invasion turque de Chypre après un coup d'Etat grec - a été le dernier souffle de cette époque de répression. La démocratie conservatrice d'État est revenue avec Constantine Karamanlis (oncle de l'actuel Premier ministre), mais les institutions demeurent faibles, même si avec le premier ministre socialiste Andreas Papandreou (père de l'actuel chef de l'opposition), des libertés ont été élargies, mais aussi la corruption florissante.



Dans le même temps, le pays a subit une douloureuse et rapide modernisation. En 40 années, la Grèce est passée de l'agriculture paysanne soutenue par une grande diaspora à une économie mixte avec des investissements étrangers, de la périphérie du monde développé à un modèle eurpéen de classe moyenne de l'Europe ; d'une nation homogène avec un emploi à vie à un pays multiculturel où un cinquième de la main-d'œuvre sont de nouveaux immigrants.



Bon nombre de ses plus talentueux des fils et des filles ont choisi de travailler à l'étranger plutôt que de traiter avec la Grèce, la désorganisation et la bureaucratie. Le tissu social s’est délité. La plupart des politiciens ont fait confiance à l'ancien système d'échange de votes pour des faveurs, et à de périodiques appels au nationalisme et à la xénophobie.



Costas Karamanlis «Nouvelle Démocratie gouvernement - qui jouit d'une majorité parlementaire - a surpassé ses prédécesseurs dans la corruption et la corruption tout en imposant des sanctions économiques des mesures d'austérité. La Grèce est entrée de la zone euro en 2001, avec un grand déficit budgétaire, les prix ont augmenté régulièrement depuis lors. En 2004, le pays les jeux olympiques ont entraîné un énorme trou financier dont une partie a été empoché par les entrepreneurs et les politiciens.



Les deux fédérations syndicales qui ont organisé une grève générale cette semaine pour l'augmentation des dépenses sociales à la lumière de la récession mondiale. Mais le gouvernement a lancé un appel pour plus de cotisations de retraite et supprimé une exonération fiscale pour les les plus pauvres des travailleurs indépendts. Il a également partiellement privatisé les ports et projette de faire de même avec les hôpitaux et les écoles - à un moment où une personne sur cinq vivent dans la pauvreté et le chômage des jeunes est près de 25%, le plus haut d'Europe.



Pendant ce temps, le centre-ville d'Athènes est pleine de boutiques de luxe ; les galeries marchandes poussent comme des champignons dans les banlieues. Au lieu de l'éducation, de valeurs et de la compréhension regardent leurs parents luttent pour joindre les deux bouts travaillent d'arrache-pied à l'école pour constater qu'ils ne peuvent pas obtenir un emploi - ou un appartement, ou des soins médicaux décents. En dépit de la rhétorique de la Grèce, la méritocratie fonctionne toujours sur les "moyens", au plus haut niveau.



Dans les semaines avant la mort d'Alexis, les journaux étaient pleins du dernier scandale gouvernemental, une opération lucrative réalisée pour le mont Athos, le plus grand monastère, qui implique au moins trois principaux collaborateurs du Premier ministre et auraient coût le public plus de 100 M €.



Cela, bien sûr, va de pair avec l'incompétence. L'incapacité du gouvernement de contenir des incendies dévastateurs de 2007, dans lequel au moins 67 personnes sont mortes et 642.000 hectares de terres agricoles et des forêts ont été détruits, a été en partie à cause de politiques de bricolage avec les sapeurs-pompiers; l'absence de progrès dans le rétablissement des domaines brulés est due en partie à la pression exercée par les développeurs.

Compte tenu de ce précédent, nul à Athènes est surpris que les émeutes ont eu lieu de façon sauvage.

La violence de la police n'est pas nouvelle, il est justede dire que les précédentes victimes ont les immigrés ou les Roms. Comme d'habitude quand il ya des bouleversements sociaux, l'extrême droite s’est renforcée : le populiste orthodoxe Rallye a remporté 10 sièges au parlement pour la première fois l'année dernière, et le néo-fasciste Golden Dawn organisme est connu pour avoir des supporters à l'intérieur de la police. Maintenant que le couvercle a soufflé au large de la cocotte-minute, la répression mai prendre plus flagrant et plus des formes violentes.



Plus fondamentalement, il n'y a pas de moyen évident de sortir de l'impasse. Les problèmes auxquels sont la Grèce et la profonde récession va tirer des tensions plus strictes. La Grèce a une longue tradition de protestation et de résistance - certains de ceux qui occupent l'université d'Athènes descente revendication des étudiants qui sont tombés avant la junte réservoirs en 1973 - mais moins d'expérience d'une action concertée pour trouver des solutions.



Après le décès à la violence, il y aura, tôt ou tard, à une élection. Mais les problèmes les jeunes ont été exposés ont décennies de travail. Personne n'a commencé à imaginer une solution.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La grece brûle!!   Dim 14 Déc - 15:00

Grèces nouvelles dimanche matin





SAMEDI, 13 décembre 2008



Au delà des affrontements largement décrits et commentés, depuis deux jours d’autre ttype d’action commencent à se dessiner en particulier vis-à-vis de l’ »opinon », presse, etc avec des occupations de medias. Les divers sommuniqués (appel pour le 20 décembre, solidarité avec une lutte de résistance à des projets d’aménagement à Corfou qui a déjà fait un morts, solidarité et intervention avec et par des collectifs d’immigrants) montrent encore une fois que nous sommes loin des révoltes des banlieues en France en ce qui concerne l’espression et les intentions du mouvement.



D’un autre côté, rien ne sert de tirer la corde du côté de la mythologie barricadière ou insurrectionnelle. Nous sommes encore, hélas, très loin d’un « soulèvement général contre la terreur d’Etat » comme une organisation libertaire française caractérise les événements en Grèce.





Plus de 1000 personnes ont attaqué le commissariat de police dans le quartier d’Eksarjia. Barricades dans les rues.

Plus tôt, la police a attaqué le rassemblement qui a eu lieu sur les lieux du crime.

-------

Elle a également attaqué la police et gopleó gens qui sont allés au quartier de Psirri avec l'intention distribuer des tracts.

-------

A Jani, en Crète, ue manifestation a débouché sur l’occupation d'une station de radio

Sur laquelle ont été lu "On Air" plusieurs documents écrits par: le collectif locale des immigrants, la CSOA "Rosa Nera", L'Association des professeurs d'université, un groupe d'anarchistes dans la ville, l'Association des étudiants de l'Université polytechnique de Jani



Journée internationale contre les assassinats politiques : 20 décembre

Assemblée de l'Ecole Polytechnique occupée

Aujourd'hui, samedi 13-12-2008, l'Assemblée de l'École Polytechnique a décidé de faire un appel pour le 20 Décembre au monde européen, pour prendre des initiatives, manifestations, actions, en hommage à tous les jeunes, aux immigrants et aux révolutionnaires qui ont été tués par l'État. Pour Carlos Giuliani, Aleksandra Grigorópulos, les jeunes rebelles dans les banlieues françaises, à Carlos de Madrid etc

Nos vies ne font pas partie des États et de leurs meurtriers. La mémoire de nos amis et camarades tués est toujours vivant dans nos luttes. Ne pas oublier nos frères, de ne pas pardonner à ses meurtriers.

--------

Des milliers de prisonniers dans 23 prisons en Grèce, ont été en grève de la faim mardi dernier (pour un jour) pour manifester solidarité avec la lutte contre le terrorisme d'État.

-------

Dans la ville de Patras, des anarchistes pntoccupé pendant une demi-heure la chaîne de télévision "Super B".





Traduit de ta Nea (quotidien) dimanche matin

La coordination des étudiants se réunit ce dimanche pour déterminer les formes d’action prochaines : occupations,, l'abstention des cours, des barrages routiers, etc.



À l'heure actuelle, sont prévus :



- Le lundi à 12h00 un sit-in de protestation à l'extérieur dans GADA. sit-in de protestation devant des postes de police locaux dans le reste du pays.

- Le mardi, barrages sur les routes centrales.

- Le mercredi à 12h00 rassemblement pour protester devant les tribunaux.

- Le jeudi, grand rallye « grec » (je sais pas c que c’est)



Pendant ce temps, le Conseil national de la radiodiffusion appelle à la radio et à la télévision «d'accorder une attention particulière à la présentation des faits liés à la mort tragique de l'élève Alexander Grigoropoulos» :

- Pour éviter de montrer des scènes de violence extrême et les incidents d'une façon qui peut être interprété comme un signe encourageant d’ comportement antisocial.

- Pour éviter la substitution de la police et des autorités chargées de l'enquête

- Pour éviter la divulgation de documents et d'autres matériaux, qui font l'objet d'un procès pénal.
Revenir en haut Aller en bas
manou
toto 1ere classe
avatar

Nombre de messages : 1344
Localisation : au patxoki!!!
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La grece brûle!!   Lun 15 Déc - 10:55


_________________
la premiere volerie que je fis dans ma vie, c'est d'avoir goupillé la bourse d'un vous m'entendez, c'est d'avoir goupillé la bourse d'un curé...
Revenir en haut Aller en bas
Haymarket
toto 1ere classe


Nombre de messages : 521
Date d'inscription : 23/02/2008

MessageSujet: Re: La grece brûle!!   Mar 16 Déc - 23:08


_________________
"Le réformisme n’est pas, à proprement parler, idiot, mais impossible : moins la prison punit, moins elle répond à sa vocation. Reprocher à la prison d’être trop pénible, c’est reprocher à un hôpital de trop bien soigner."
Revenir en haut Aller en bas
le git
gaucho baroudeur...
avatar

Nombre de messages : 230
Date d'inscription : 02/11/2008

MessageSujet: Re: La grece brûle!!   Mer 17 Déc - 16:03

un tract pas mal du tout je trouve:

Citation :
Depuis une semaine, la grèce explose. Manifs,
émeutes, incendies, vitrines de magasins et de banques pétées,
bracages, caillassage de flics, occupations des lycées et des
universités, etc.... ça part, dans tous les sens, dans toutes les
villes, toute la population s’y met...









Ailleurs en Europe et dans le monde, les actions
de soutien se multiplient :
A Londres, à Berlin, à Paris, en Italie....ça occupe des consulats, à
Madrid, ça attaque un commissariat, à bordeaux deux voiture brûlent
devant le consulat de Grèce, les tags de soutien fleurissent un peu
partout sur les murs.

Plus localement à la Guillotière une voiture brûle mercredi soir
devant un tag de soutien aux émeutiers grec et la consigne :
« brulons »....(peut etre pas de rapport.... ? oui, peut etre.....)

Jusqu’à lundi tous les consulats de Grèce en France sont fermés.
Mais la solidarité doit faire face aussi à son lot de répression :
arrestations, fichage des manifestants, etc.....
Pour plus d’infos sur les actions de soutien : Chronologie de la solidarité internationale avec les incendiaires grecs.


C’est la mort de l’adolescent qui a mis le feu
aux poudres comme disent les médias, mais la poudre était là depuis
longtemps, dans tous les domaines de la vie.
Le salaire moyen en Grèce tourne autour de 700 euros quand le coût de
la vie y est aussi élevé qu’en France, tourisme oblige.... La crise ne
vient rien arranger, le gouvernement corrompu et ses polices, racistes,
violentes (rappeler plusieurs fois à l’ordre par la communauté
internationale) non plus, même si pour l’instant dans les événements
actuels on compte peu d’arrestations et le droit d’asile est encore
respecté dans les universités.


La Grèce est partie pour trois jours de grève
générale... générale... pour un ras le bol général, une envie de faire
bouger les choses, pas un secteur, pas une branche, mais de changer un
système en entier....


Et ici ? il se passe quoi ici... à peu près la
même chose, la même merde..... ici aussi la police tue, ici aussi le
capitalisme nous crève.

Pluie de réformes catastrophiques, police dans les collèges, les
lycées, assassinats dans les prisons, voir dans les commissariats,
inculpations pour terrorisme, chasse aux immigrés, aux sans-papiers,
fichage de la population, 500 licenciements par jours...

Les bourses s’écroulent mais les patrons s’augmentent, l’Etat renfloue les banques à coup de milliards....

Les SDF meurent dans la rue.

Les gens manifestent régulièrement, des grèves fleurissent un peu
partout, hôpitaux, éducation... mais toujours par secteur, jamais
ensemble...


Les dirigeants du monde savent s’allier pour nous dominer.

Les Grecs descendent unis dans la rue pour crier leurs révoltes....


Certes ça va pas tout changer, mais c’est déjà un début....

Alors on attend quoi ?







Rebellyon.
Revenir en haut Aller en bas
le git
gaucho baroudeur...
avatar

Nombre de messages : 230
Date d'inscription : 02/11/2008

MessageSujet: Re: La grece brûle!!   Mer 17 Déc - 16:06

EMEUTES ET AMOUR! voila l'adresse d'un blog d'infos fiables sur ce qui se passe en grece actuellement!

(diffusion des tracts écrit la bas, infos venant de leur part en majeur partie!!)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La grece brûle!!   

Revenir en haut Aller en bas
 
La grece brûle!!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Collectif de Révolte Anti-Capitaliste Poitiers :: evenements militants :: évènements militants-
Sauter vers: